Les rapports d'autopsie des victimes du 22 mars auraient été dérobés au parquet de Bruxelles

Les rapports d'autopsie des victimes du 22 mars dérobés au parquet de Bruxelles
Les rapports d'autopsie des victimes du 22 mars dérobés au parquet de Bruxelles - © Photo by Samuel Zeller on Unsplash

Les rapports d'autopsie des victimes des attentats terroristes du 22 mars ont été dérobés la semaine dernière dans le bâtiment du parquet de Bruxelles (Portalis), selon une information de VTM Nieuws. Une information confirmée par Belga, de bonne source. Le parquet a confirmé qu'un disque dur avait été dérobé, sans préciser s'il s'agissait bien des rapports d'autopsie en question. "Sur celui-ci, se trouvaient, entre autre, divers rapports d'autopsie et d'examens médicaux relatifs à des enquêtes judiciaires en cours." explique-t-il dans un communiqué.

"Le parquet de Bruxelles a été informé ce jour que la chaîne de télévision VTM comptait diffuser cette information. Il a été demandé, dès lors, à la chaîne de télévision en question de patienter avant de divulguer cette information afin que nous puissions informer un maximum de victimes concernées par le vol. Nous ne pouvons que constater que cette demande n'a pas été suivie par VTM et nous le déplorons vivement."

Pas un vol ciblé

Un suspect de 27 ans a été arrêté vendredi dernier, et placé sous mandat d'arrêt samedi pour vol simple. Il nie les faits. Le parquet s'exprimera dans un point presse ce mercredi à 11h.

Le coupable s'est introduit dans le cabinet des médecins légistes situé dans le bâtiment Portalis, qui abrite le parquet de Bruxelles. D'après des sources judiciaires, l'auteur des faits ne s'est pas emparé que d'un disque dur, mais également d'autres éléments, comme un dictaphone. Il ne s'agirait dès lors pas d'un vol ciblé sur les rapports d'autopsie. Le suspect interpellé n'a en outre aucun lien avec les attentats du 22 mars ou les victimes. Selon le parquet de Bruxelles, l'individu nie toute implication dans le vol.

"Ce sont des informations très étonnantes. Nous nous demandons pourquoi ces affaires ont été spécifiquement dérobées. C'est plutôt incompréhensible. Que de telles informations aient un intérêt, c'est la dernière chose à laquelle on s'attendait", a expliqué Philippe Vansteenkiste, président de l'association des victimes V-Europe, à VTM Nieuws.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK