Les produits du tabac trop présents dans les fictions télé?

Les produits du tabac sont-ils trop présents dans les fictions à la télévision ?
Les produits du tabac sont-ils trop présents dans les fictions à la télévision ? - © NOEL CELIS - AFP

La Fondation contre le cancer a demandé une étude au CSA (le Conseil supérieur de l’audiovisuel) sur cette question… L’étude a été réalisée pendant une semaine en analysant les films et séries sur 8 chaînes francophones (La Une, La Deux, La Trois, RTL-TVI, Club RTL, Plug RTL, France 2 et TF1) de 19h à 00h.

Du tabac dans une fiction sur cinq

Sur les 148 fictions analysées, 32 comportent au moins un produit du tabac, soit pratiquement 22%.

L’étude a été plus loin et a analysé les caractéristiques des personnages ayant une cigarette à l’écran. Ce sont essentiellement les personnages principaux, les plus en vue donc que l’on retrouve avec une cigarette à la main. Huit sur dix sont des hommes, ils sont surreprésentés par rapport aux proportions hommes/femmes fumant dans la population. Les caractéristiques de ces fumeurs concordent d’ailleurs avec ce que l’on voit de manière générale sur les écrans. À savoir, des hommes entre 19 et 34 ans et majoritairement des personnes blanches…

Une image essentiellement positive de la cigarette

Joëlle Desterbecq est la responsable de l’Étude pour le CSA, elle a analysé les caractéristiques comportementales des personnages présentant un comportement tabagique : "Les personnages qui présentent un comportement tabagique sont majoritairement associé à un trait de caractère qui est perçu comme positif. On va avoir un personnage sûr de lui, déterminé, calme et rusé. À l’opposé, on peut aussi avoir des personnages qui présentent un comportement tabagique avec des traits de caractère perçus comme négatifs. Dans ce cadre-là, on va remarquer que c’est la nervosité qui est d’abord associée au comportement tabagique. Comme si le fumeur allait allumer une cigarette pour se décharger d’une tension."

Après les constats, les questions

Est-on face à des choix réels de réalisateurs de présenter des personnages avec des cigarettes ou face à des placements de produits ? S'agirait-il de publicité déguisée alors que c'est interdit pour les produits du tabac ?

Pour le CSA, des indices relevés dans certains films posent question. Notamment lorsqu’il s’agit de la visibilité de la marque, l’échelle des plans ou encore la durée des scènes. Mais à ce stade, prouver qu’il y a bien ce type de communication commerciale est très difficile à prouver, reconnaît le CSA.

Les enjeux sont importants

L'enjeu, c'est plus particulièrement, la protection des mineurs. De nombreuses études l’attestent, les jeunes et les mineurs sont au cœur des stratégies marketing des entreprises du tabac. Or, de nombreuses fictions où l’on retrouve un produit du tabac sont accessibles à ce public. Le CSA pose la question d’une éventuelle adaptation de la signalétique relative à la protection des mineurs.

De son côté, la fondation contre le cancer demande aux responsables politiques des mesures concrètes :

  • Analyser la législation existante en matière de signalétique relative à la protection des mineurs et prévoir des restrictions d’accès pour certaines catégories d’âges aux programmes présentant des comportements tabagiques.
  • S’assurer que la production d’un film n’a pas été subventionnée par l’industrie du tabac en échange d’un placement de produit. Pour les films réalisés en Belgique et qui reçoivent un subside de l’état ou un stimulant fiscal, exiger un engagement explicite qu’il n’y aura aucun financement (ni au niveau du réalisateur, ni des acteurs, etc.) par l’industrie du tabac.
  • Diffuser des messages anti-tabac forts avant et après un film comportant des scènes de tabagisme.
  • Informer et sensibiliser le secteur audio-visuel sur la problématique du tabac à l’écran.
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK