Les producteurs de lait inquiets face à la sécheresse

On n'avait plus connu une telle sécheresse en Belgique depuis l'été 1976. Il faut qu'il pleuve si on veut éviter des difficultés d'approvisionnement d'eau ou encore des récoltes catastrophiques pour les agriculteurs. Depuis le début du mois de juin: 17,5 mm. Alors que la moyenne pour tout le mois s'élève à 71mm.

Parmi les conséquences visibles: les pelouses et les prairies ne sont pas très vertes. Pour les producteurs de lait, c'est une nouvelle tuile.

5000 euros/tonne

"L'herbe est trop sèche pour les vaches. On le voit au niveau du rendement des vaches laitières, elles produisent quand même beaucoup moins de lait" explique Joseph Ponthier président de la fédération de l'agriculture (FWA).

Les agriculteurs sont totalement tributaires des conditions météorologiques. Les vaches produisent moins de litres de lait. Pour l'instant on ne peut pas parler de pénurie de lait, mais de pénurie de beurre.

"Le prix du beurre explose. Il y a plus d'un an il était à 2500 euros/tonne, maintenant il est à plus de 5000 euros/tonne et on ne voit toujours pas la différence au niveau du portefeuille de l'agriculteur. Là se pose des questions. Après deux années de crise, on penserait qu'avec un prix du beurre pareil, l'agriculteur pourrait renflouer ses dettes qu'il a créé depuis quelques années. Ce n'est pas le cas".

A cause de la sécheresse, les agriculteurs sont obligés d'entamer leur stock de foin qu'ils gardaient pour nourrir leurs bêtes en hiver. Cela risque de coûter cher car "on risque de devoir acheter des aliments", continue Joseph Ponthier.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir