Les pompiers, victimes de l'amiante, portent plainte contre X à Lille. Qu'en est-il de la prévention en Belgique?

Des pompiers du Nord de la France ont déposé plainte contre X devant le tribunal de Grande instance de Lille pour "mise en danger d’autrui". Ils accusent leur hiérarchie de ne pas prendre les mesures nécessaires pour les protéger des ‘agents cancérigènes’, tels que l'amiante et les fumées d'incendie.

Leur avocate, Me Hélène Aveline, pointe une "double exposition" à ces agents cancérigènes : Lors de leur intervention pour éteindre un incendie, puis après celle-ci, car "l'exposition perdure puisqu'il n'y a pas de dispositif de décontamination".

Ainsi, explique-t-elle, "une fois qu'ils sont sortis de l'intervention, ils rentrent dans les camions et contaminent leurs collègues, dans les casernes, ils contaminent le personnel administratif, et quand ils rentrent chez eux, ils contaminent leurs familles".

L'un des objectifs de cette plainte est d'obtenir "une attestation d'exposition à l'amiante", qui "leur permettrait d'avoir un suivi post-professionnel", a-t-elle ajouté.

D'après les pompiers du service départemental d’incendie et de secours (SDIS) du Nord, une véritable épidémie de cancers s'est développée parmi les collègues (actuels ou anciens). Cancer du sang, cancer de la prostate, cancer des testicules, cancer du sein… "On va au crématorium, au moins deux fois par trimestre", explique Quentin De Veylder, secrétaire départemental de la CGT. "Je suis peut-être déjà contaminé. Le rapport dit qu’on développe un cancer 20 ou 30 ans après avoir été contaminé. Je suis peut-être déjà condamné. J’ai peur pour moi, pour ma famille…".

Qu’en est-il de la prévention en Belgique ?

Depuis 2016, le Canada a reconnu l’existence de 7 types de cancers, associés au métier de pompier : le cancer du rein (après 20 ans d’exposition), de la Vessie (après 20 ans), du Larynx (après 15 ans), des poumons (causé par l’amiante, après 15 ans), le Myélome multiple (après 15 ans), le lymphome non hodgkinien (après 20 ans) et le mésothéliome pulmonaire (sans durée d’exposition).

L’État belge n’a pas encore fait ce pas.

La prévention santé est un sujet que l’on aborde chez nous aussi, mais c’est très difficile de faire évoluer les mentalités, bien que ça commence à venir…’, explique Cécile Fiévez, conseillère en prévention de la zone de secours. ‘Il faut une prise de conscience, et pour cela, il faut prouver que certaines maladies sont liées au contexte professionnel, tandis que d’autres ne le sont pas’.

‘Mais les gens s’informent plus qu’avant et ça commence à bouger’, ajoute Cécile Fiévez. ‘Les zones de pompiers font beaucoup plus attention au nettoyage des vestes de feu et des tenues d’intervention, qu’auparavant. Elles investissent dans des buanderies pour les nettoyages de routine et après les interventions. Mais il y a encore beaucoup à faire’.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK