Les policiers boycoteront bien l'opération Speed du 10 octobre

Les syndicats policiers avaient rendez-vous avec les co-formateurs cet après-midi pour discuter de leur âge de départ à la pension. Ils n'ont pas obtenus ce qu'ils désiraient. Ils mettent donc leur menace à exécution et seront en grève le jour de l'opération Speed du 10 octobre prochain.

Ils avaient prévenus, et ils sont passés à l'action. Les policiers vont activer leur préavis de grève. La date choisie est le 10 octobre prochain. Et celle-ci n'a pas été choisie par hasard, puisqu'il s'agit du jour où la police de la route avait prévu d'organiser une opération de contrôle de vitesse à grande échelle dans tout le pays, l'opération Speed. Une opération qui était censée restée discrète. 

Mais comme ce type d'opération ne fait pas partie des missions requises pour les policiers en cas de grève, les flashs ne seront pas nombreux sur les routes. Car ceux des agents qui ne participeront pas au mouvement et non requis par le service minimum, pourront participer à cet immense contrôle routier.

Les syndicats policiers espéraient beaucoup de leur rencontre cet après-midi avec les co-formateurs. Mais ils ont été déçus. Seul une ligne à leur sujet fera partie de la future déclaration gouvernementale. D'où la colère des syndicats. En juillet dernier, la cour constitutionnelle a revu à la hausse l'âge de départ à la pension de certains policiers. Alors qu'ils pouvaient jusqu'à présent quitter la police à partir de 54 ans, ils sont maintenant obligés de rester au minimum quelques années de plus. Une première rencontre avait déjà eu lieu avec Kris Peeters et Charles Michel, et les policiers étaient confiants. Mais ils ont déchanté ce vendredi lorsque les co-formateurs ont renvoyé le dossier au futur ministre de l'Intérieur.

Les policiers promettent d'ailleurs d'autres actions, mais ils préfèrent encore les garder secrète, histoire de réserver un peu de surprise au futur gouvernement.

 

Benjamin Carlier

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK