Les pilules contraceptives actuelles continuent à favoriser les cancers du sein, révèle une étude

Les "nouvelles" pilules contraceptives continuent à favoriser les cancers du sein
Les "nouvelles" pilules contraceptives continuent à favoriser les cancers du sein - © Tous droits réservés

Les femmes utilisant des pilules contraceptives et des moyens de contraception qui libèrent des hormones font face à un risque plus élevé que celles qui utilisent des méthodes sans hormones, a confirmé une nouvelle étude scientifique réalisée au Danemark, et relayée par le New York Times.

L' étude, qui a suivi 1,8 million de femmes danoises pendant plus d'une décennie, remet en cause les hypothèses largement répandues sur les contraceptifs modernes, que beaucoup de femmes ont crus plus sûrs que ceux pris par leurs mères ou grands-mères, qui avaient des doses plus élevées d'œstrogènes.

Cette nouvelle étude établit que pour 100 000 femmes, l'utilisation de contraceptifs hormonaux provoque 13 cas supplémentaires de cancer du sein par an: pour 100 000 femmes utilisant un contraceptif hormonal, il y a 68 cas de cancer du sein chaque année, contre 55 cas par an chez les non-utilisatrices.

La recherche suggère également que l'hormone progestine - largement utilisée dans les méthodes contraceptives d'aujourd'hui - peut augmenter le risque de cancer du sein.

Parce que le risque augmente avec l'âge, le Dr Weiss, oncologue spécialisée dans les cancers du sein, interrogée par le New York Times, a suggéré que les femmes plus âgées pourraient envisager de passer à une méthode contraceptive sans hormones, comme un diaphragme, qui ne libère pas d'hormones ou aux préservatifs.

En Belgique, un million de femmes utilisent la pilule contraceptive. Si à ses débuts, elle représentait une libération pour la femme, elle est devenue une contrainte pour beaucoup. Johan van Wiemeersch, président de l’association professionnelle des gynécologues belges constate une "fatigue" de la pilule. La composition du contraceptif est également en cause. Selon une étude de l’institut Solidaris, elles sont 56% à craindre la présence d’hormones dans leur moyen de contraception.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK