Les personnes avec un handicap mental ont aussi de droit de vote

Photo d'illustration
Photo d'illustration - © Belga

Le 14 octobre, tous les citoyens sont invités à aller voter, y compris des personnes souffrant d'un handicap mental. Elles représentent 2 à 3 % de la population belge mais seules les personnes avec un handicap léger pourront aller voter, à condition d’être guidées.

C’est le boulot d’Ana Maria Pineda, elle pilote un service d’accompagnement pour personnes adultes handicapées : "On explique ce qu’est une commune, pourquoi on doit voter et au niveau politique, on donne une vision large de tous les partis. On explique plus ou moins les points sociaux qui les concernent, dans un langage facile".

Le jour des élections, les personnes avec un handicap mental peuvent toujours être accompagnées dans l’isoloir. Il suffit d’en faire la demande à sa commune, le 29 septembre au plus tard. Mais ce n’est pas obligatoire et beaucoup s'y rendent seuls. Pour Ana Maria Pineda, c’est  une question de droit à la parole : "La personne en situation de handicap vit dans sa commune, elle a le droit de savoir ce qu'il se passe dans sa commune, elle a le droit de participer".

Les personnes avec un handicap trop lourd ne pourront pas aller voter même si elles ont plus de 18 ans. Toujours considérées comme mineures, elles sont placées sous minorité prolongée.

Edith Wustefeld

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK