Une quarantaine qui repasse à 10 jours, sans test : un changement "pas idéal mais transitoire" qui comporte des risques

Durant le point presse du Centre de crise organisé ce mercredi 21 octobre, la modification des procédures de testing a été évoquée. Suite à la saturation des centres de test mais aussi des agents de tracing, il a été décidé que les personnes ayant eu un contact à risque avec une personne testée positive – les personnes revenant d’une zone rouge incluses - mais ne présentant pas de symptôme du coronavirus doivent uniquement opérer une quarantaine de dix jours. De plus, ils n’auront plus l’opportunité de se faire tester. En bref, cet isolement est automatique dès ce 21 octobre.

"Le volume de personnes qui, soit pour des symptômes, soit asymptomatique dépassait la possibilité pratique de faisabilité. Il y avait des embouteillages à différents endroits de la chaîne", a justifié le porte-parole du Centre de crise, Yves Van Laethem. Il confirme l’analyse de Nathan Clumeck, au micro de la RTBF ce 20 octobre. Il explique aussi que le but de tester les asymptomatiques était jusqu’à maintenant de leur permettre de réduire la durée de leur quarantaine. Un test à J + 5 permettait de procéder à une quarantaine de 7 jours contre 14 jours préconisés auparavant : "On demandait de toute façon aux personnes de respecter encore pendant 1 semaine les précautions et de limiter au maximum les contacts pendant cette deuxième semaine."


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : quand dois-je me soumettre à un test ? Réponse ici


"Risque limité"

Un compromis a alors été trouvé pour une quarantaine de 10 jours pour tous les contacts asymptomatiques. "14 jours, c’est long, ça a un impact personnel, économique aussi. Il a donc été choisi de définir une quarantaine de dix jours, a rappelé Yves Van Laethem. Ce que l’on sait c’est qu’entre J10 et J14, moins de 10% des personnes vont développer la maladie. Il y a donc un risque pendant ces 4 jours mais un risque limité."

Le conseil est donc de respecter des précautions pendant les quatre jours qui suivent les 10 jours de quarantaine lorsqu’on est un contact à haut risque non symptomatique : "Garder ses distances par rapport aux personnes fragiles, éviter d’aller dans des regroupements avec des connaissances, …"

Seule exception : le personnel de santé. Ce sont les anciennes règles qui s’appliquent toujours aux soignants, à savoir un test à J + 5 et une sortie de quarantaine à J + 7. "Toutes les situations préalables dans lesquels des tests étaient réalisés disparaissent car ils encombrent le système et ne permettent pas la performance de testing et de tracing adéquat", insiste le porte-parole du centre de crise. Il estime que cette nouvelle mesure est essentielle pour "rompre le chaînes de transmission".


►►► À lire aussi : Dépistage Covid-19 : quels sont les différents types de tests et quels sont leurs avantages et inconvénients ? (infographie)


Yves Van Laethem prévient : cette nouvelle politique pour les tests de coronavirus va sans doute impacter les chiffres dans les prochaines semaines. Comme moins de personnes asymptomatiques seront testées, moins de cas seront décelés. Dans le même temps, la proportion de tests positifs sera plus grande. "Sur les personnes qui présentent des symptômes, un quart des tests actuellement en moyenne sont positifs. Si on teste les contacts à hauts risques, on a 15% de tests positifs."

"Ceci n’est pas idéal, ceci est transitoire et doit nous permettre de remplir le reste du contrat, c’est-à-dire que les tests soient vraiment effectués dans les 24 à 48 heures et que les patients soient contactés dans les 24 à 36 heures qui suivent", a-t-il conclu.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK