Les os artificiels, une révolution thérapeutique

Cela fait plusieurs années que les chercheurs tentent de mettre au point l’os artificiel parfait. Et certains d’entre eux semblent près du but. La société liégeoise Cerhum et la société 3D Side de Louvain-La-Neuve souhaitent mettre sur le marché d’ici quelques semaines l’implant " My bone ". Elles ont imaginé un os synthétique " sur mesure ", parfaitement adapté aux besoins du patient et dont la matière est chimiquement très proche de l’os biologique. Une innovation rendue possible par la technologie d’impression en 3D.

Pour bien comprendre, prenons le cas très concret d’Adibia, une jeune femme de 23 ans. Il y a un an et demi, une tumeur cancéreuse a été découverte sur sa mâchoire.

Après avoir été traitée par chimiothérapie, les chirurgiens ont dû procéder à une ablation de la tumeur, avec une zone de sécurité. Autrement dit, plusieurs centimètres de l’os de sa mâchoire ont dû être retirés, avec la gencive et plusieurs dents. Pour combler cet espace vide et reconstruire la bouche d’Adibia, un chirurgien plasticien a prélevé son péroné, dans la partie inférieure de la jambe. Il a taillé cet os aux dimensions souhaitées, et l’a placé dans la bouche de la jeune femme.

Aujourd’hui, paradoxalement, elle semble plus souffrir de l’intervention à la jambe, qui a impacté sa marche, que de l’intervention à la bouche. Dans cette situation, comme dans beaucoup d’autres, l’utilisation d’un os artificiel aurait rendu la prise en charge beaucoup moins invasive, et aurait réduit le risque de morbidité.

Comment ça marche ?

Lorsqu’il se trouve face à un patient nécessitant un os de remplacement, le chirurgien se connecte à une plateforme où il peut encoder toutes les données d’imageries du patient, de type scanner ou IRM. L’os synthétique sera alors modélisé de manière ultra-précise par le logiciel de la start-up 3D Side, pour être ensuite imprimé en 3D par la société CERHUM.

Cette innovation est particulièrement intéressante pour son aspect "sur mesure". "C’est customisé ! L’implant est taillé avec une précision inférieure au millimètre", explique Grégory Nolens, fondateur de Cerhum et Docteur en sciences biomédicales à l’ULiège.

"L’autre avantage réside dans la porosité de l’implant. On crée des petits trous pour que l’os du patient puisse venir coloniser le greffon. Les trous permettent aux cellules et aux vaisseaux sanguins de se frayer un chemin, et de progressivement coloniser l’implant, et surtout de refaire du vrai os à l’intérieur du greffon. Le matériau que l’on a créé est vraiment reconnu par le corps comme de l’os. Il n’y aura donc pas de rejet et le greffon pourra rester en place toute la vie du patient."

La responsable de la production des implants, Catherine Bronne, nous montre la pâte céramique qui constitue les implants.

"C’est de la pâte céramique constituée de calcium phosphate, mélangé à de la résine. C’est donc très similaire à l’os humain. Cette pâte fluide ressemble un peu à du dentifrice, et elle va durcir dans l’imprimante 3D, couche par couche. Le principe, c’est qu’une tête UV flashe une image sur la pâte et la durcit en même temps. Sur la petite pièce de 2, 5 centimètres que l’on est en train d’imprimer, il y a par exemple plus de 400 couches de 5 microns, c’est-à-dire de 0.05 millimètres."

Avancée thérapeutique ?

Les chirurgiens du CHU de Liège avec qui collaborent les sociétés Cerhum et 3D SIDE sont évidemment impatients de pouvoir tester ces implants My bone, destinés dans un premier temps à la chirurgie maxillo-faciale, mais ils restent prudents. C’est le cas de Ludovic Renwart, chirurgien plasticien et chef de clinique au CHU de Liège, qui connaît très bien le projet.

"On doit toujours être prudent pour nos patients, même si les tests pré-cliniques sont tous favorables et que les études sur les animaux montrent des résultats prometteurs. On ne peut jamais être sûr avant d’avoir testé cela sur des corps humains. On va commencer par des interventions assez simples et avec de petits implants, et puis on avancera progressivement vers des interventions plus complexes comme celles d’Adibia où on doit remplacer un os sensible, la mâchoire, qui est soumise à de nombreux mouvements. Si l’efficacité du produit se confirme, cela dit, c’est une vraie promesse pour nos patients !"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK