Les organisateurs de foires et salons ne voient pas encore le bout du tunnel

Imaginez la même chose, avec moins de monde et plus de masques.
Imaginez la même chose, avec moins de monde et plus de masques. - © Ethan Miller

S'il est un secteur toujours fortement impacté par la crise actuelle, c'est celui de l'événementiel. Pourtant, depuis ce mois de septembre, les organisateurs de foires et salons ont la possibilité de redémarrer leurs activités. Mais on n'improvise pas un salon de la construction ou des vacances en trois coup de cuillère à pot.

 

Des centaines d'événements annulés

"On a annulé ou reporté plus de cent événements, ce qui représente un manque à gagner de plus d'un million d'euros. Au moins jusqu'à la fin de l'année, notre personnel est en chômage pour force majeure trois jours par semaine." Pour Laurent Briou, Directeur Général du WEX de Marche-en Famenne, la fin de l'année s'annonce mal. "On a bien un salon des produits du terroir en novembre et deux concerts en octobre, mais ces derniers seront postposés, c'est une certitude. Et on je suis inquiet pour le début d'année 2021, alors que c'est au premier trimestre qu'on a nos grands salons." C'est que, même si le complexe reste accessible et fonctionnel, les organisateurs eux-même décident très souvent d'annuler.

Même son de cloche du côté d'Easyfairs, qui gère quatre lieux (dont Namur Expo) et qui organise en plus ses propres événements. "Là, on a du renoncer à une quinzaine d'organisations que nous gérions nous-même et une centaine d'autres prévues par des sociétés externes" ,explique Dirk Van Roy, l'administrateur délégué de la société. 

Et bien entendu, ces annulations et reports en cascade ont un impact direct sur les centaines de sous-traitants, qu'ils soient monteurs de stands ou actifs dans le catering, l'éclairage ou la location de matériel.

 

Et pourtant, on peut le faire !

A condition de respecter les mesures sanitaires strictes, les concerts, événements d'entreprises, salons et autres expositions sont à présent autorisés. Bien entendu, le port du masque est obligatoire. Les repas doivent se prendre assis par table dix maximum. Et surtout, la capacité d'accueil des halls est réduite, calculée sur base d'un visiteur par dix mètres carrés. Pour Namur Expo et ses 12.000 m², on doit donc limiter l'accueil à 1.200 visiteurs, ce qui obligera à fonctionner par "slots", c'est à dire par tranche horaire. Cela n'effraye pas les organisateurs, qui se disent prêts d'autant que les achats de tickets se font en ligne, ce qui permet de garder les coordonnées des visiteurs pour un éventuel traçage.

Malgré tout, les événements maintenus jusqu'à la fin de l'année se comptent sur les doigts d'une main. Allez, de trois mains dans certains cas. Le plus gros événement à Namur, qui servira de test de reprise, sera Batireno/Energie&Habitat fin octobre. Les cent exposants seront bien là car ceux qui ont fait défection ont tout de suite été remplacés. 

A Bruxelles, le plus grand salon, celui de l'auto, est toujours maintenu du 15 au 24 janvier 2021 tandis qu'au WEX de Marche, le prochain événement a lieu jeudi prochain. Il s'agit d'une grande réunion entre membres de la Febelux, la fédération belge et luxembourgeoise des... organisateurs de foires et salons ! Tout un symbole.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK