Les ondes cérébrales peuvent déplacer des montagnes

RTBF
RTBF - © RTBF

Dans les films d'action et séries télévisées populaires, cela n'a plus rien d'original. L'idée que l'homme peut contrôler machines et objets et les déplacer simplement par la force de sa pensée est en effet devenue banale au petit et grand écran, mais selon le Sunday Telegraph, la réalité pourrait aujourd'hui rattraper la fiction. Des scientifiques britanniques ont en effet réussi à manipuler des objets au moyen d'ondes cérébrales.

Tout a commencé par le succès d'une console de jeux vidéo de Nintendo, la Wii, qui permet au joueur d'intégrer à l'écran ses propres mouvements. Cela a conduit à une nouvelle étape: un système de jeux où ce ne sont pas les bras, jambes, pieds et mains qui contrôlent les mouvements dans le jeux, mais où ces mouvements sont contrôlés par les pensées du joueur.

Les chercheurs de l'université d'Essex ont développé un prototype de "chapeau" qui permet à la personne qui le porte de commander, via son cerveau, à l'ordinateur de déplacer des objets sur l'écran.

Le "chapeau" développé par l'université contient des électrodes qui détectent les changements de l'activité électrique produite par le cerveau. Ainsi, si la personne pense à un mouvement précis, comme un mouvement de la main, cela produit un schéma précis dans le cerveau que l'ordinateur peut apprendre à reconnaître.

Les chercheurs espèrent au final pouvoir développer des applications plus pratiques, comme la conduite d'une chaise roulante ou même de voitures, uniquement par la force de la pensée du conducteur.

Le Dr. John Gan, qui dirige la faculté d'électronique de l'université, explique que cet appareil a en réalité été développé "pour aider les patients handicapés qui sont limités dans leurs mouvements ou ne peuvent pas bouger du tout par eux-mêmes, afin qu'ils puissent ainsi contrôler un ordinateur, ou même une chaise roulante, grâce à des pensées ciblées".

Mais selon John Gan, les applications pratiques possibles pourraient être plus larges: "du contrôle de jeux vidéo à l'utilisation du cerveau pour contrôle des objets dans l'environnement de vie immédiat, comme allumer ou éteindre la lumière, fermer les rideaux ou zapper à la télévision".

Les scientifiques espèrent à terme pouvoir remplacer l'interaction entre d'un côté l'homme et de l'autre l'ordinateur et la technologie, en passant des actuels claviers et écrans tactiles à des méthodes où les signaux sont directement envoyés depuis le cerveau.

Le professeur Nigel Shadbolt, de l'université de Southampton, répond aux personnes qui ne voient dans ces technologies que de la "science-fiction" que la science permet aujourd'hui d'isoler, parmi tous les signaux émis par le cerveau, ceux qui sont utiles.

L'université d'Essex a ainsi déjà développé un appareil qui détecte l'activité électrique dans des minuscules mouvements musculaires du front et de l'oeil. Sur base de cette technologie un patient peut faire bouger dans toutes les directions une chaise roulante avec un mouvement de son front.

Par ailleurs, en matière de contrôle mental, la start-up américaine Emotiv annonçait début juillet que le casque de contrôle mental de jeux vidéo était désormais une réalité et que le système serait commercialisé dès la fin 2008.

Ce casque baptisé EPOC est doté de 16 électrodes ou capteurs qui sont en contact avec le crâne de l'utilisateur pour mesurer l'activité électrique de son cerveau, selon une technologie d'électroencéphalographie bien rodée.

Un gyroscope est attaché sur le haut d'EPOC pour contrôler les mouvements de la tête. Le casque est également équipé d'une batterie située sur le côté.

Les capteurs enregistrent aussi les états d'âme et les expressions faciales de l'utilisateur, intégrant toutes ces données dans le logiciel de l'ordinateur qui peut ainsi lire les pensées de la personne, explique le co-fondateur d'Emotiv.

"Il y a une corrélation directe entre les pensées du sujet et l'action sur l'écran, ce qui permet de réaliser le vieux fantasme de déplacer les objets avec la seule force de l'esprit", ajoute-t-il.