Les Occidentaux mangent gras et boivent de l'alcool? C'est génétique

Nos ancêtres en auraient bien eu besoin pour survivre aux longs hivers.
Nos ancêtres en auraient bien eu besoin pour survivre aux longs hivers. - © AFP - Paul J. Richards

Les Européens consomment plus de matières grasses et d'alcool que les autres habitants de notre planète Terre. L'explication est historique: trouver des calories était, pour nos ancêtres, une question de survie.

Vous aimez les frites et les plats en sauce et certains dans votre entourage vous reprochent ces préférences peu diététiques? Ne vous inquiétez pas, vous pouvez désormais mettre ces petites envies sur le compte de la génétique.

Selon une étude de l'université d'Aberdeen (Ecosse) parue dans le Journal of Neuropsychopharmacology, les Européens (et les Occidentaux en général) sont génétiquement programmés à consommer plus d'aliments gras que les autres. Il en va de même pour l'alcool.

La raison est simple: voici plusieurs centaines d'années, les Européens ont eu besoin de calories supplémentaires pour pouvoir résister aux longs hivers. La solution? Consommer plus de produits gras, de produits laitiers et ... d'alcool.

Un interrupteur très actif et salvateur

L'équipe du Dr Alasdair MacKenzie a découvert un "interrupteur génétique" ("switch") qui régule nos sensations de soif et d'appétit. Cet interrupteur influence nos choix alimentaires. Une ouverture plus fréquente (en période de froid par exemple) nous pousse à consommer gras et à ressentir un plus grand besoin en alcool. Nos ancêtres qui possédaient un interrupteur plus actif et consommaient donc plus gras ont ainsi survécu.

Les auteurs ont également remarqué que ce petit interrupteur s'ouvre plus régulièrement chez les personnes originaires d'autres régions du globe et qui sont installées en Occident depuis plusieurs générations.

PIAB
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK