Les nuisances sonores à la française, un modèle différent face au survol

L'aéroport Roissy-Charles de Gaulle.
L'aéroport Roissy-Charles de Gaulle. - © PIERRE VERDY - BELGAIMAGE

Paris est l’une des capitales les plus survolées d'europe. Des mesures ont été prises par la France pour limiter les nuisances sonores. Sont-elles suffisantes et seraient-elles applicables en Belgique ?

Au sud de Paris, les riverains de l’aéroport d’Orly analysent les routes des avions de près. Les habitations ont été construites avant qu’un aéroport ne s’installe et les nuisances sont réelles. Mais, particularité française, pour chaque décollage une taxe est imposée aux compagnies aériennes. Ici à Orly, elle se monte à 32 euros par avion.

L'argent sert ensuite aux riverains. Après la visite d'un acousticien, des primes sont octroyées pour isoler les maisons contre le bruit. Mais vu les difficultés économiques des compagnies aériennes, notamment Air France en grève récemment, la taxe a été plafonnée.

Depuis le début de l'année, les primes à l'isolation ont même été bloquées. Un retour en arrière que dénoncent les associations de riverains.

Pas de survol de Paris

Paris est l'une des capitales européennes les plus survolées d'Europe avec 700 000 décollages et atterrissages par an. C'est trois fois plus que Bruxelles.

Et pourtant, très peu de trace dans le centre de Paris, dont le ciel est étonnamment calme. L'ACNUSA, autorité indépendante en charge des nuisances sonores en France l'explique: le survol de Paris à moins de 2000 mètres d'altitude est interdit pour des raisons de sécurité.

Vols de nuit interdits

Les vols de nuits sont interdits à Orly mais sont déviés vers Roissy, le deuxième aéroport européen. À plus de 20 kilomètres de Roissy, nous constatons que malgré la distance, la cadence des avions rend le bruit difficilement supportable. La nuit, 170 décollages et attérissages en moyenne rendent la vie des riverains difficilement supportable.

Le débat reste donc vif en France surtout autour de Roissy qui est aujourd'hui l'aéroport européen le plus survolé la nuit, depuis que ses principaux concurrents comme Francfort ont imposé un couvre feu entre 23h et 5 heure du matin.

Nathalie Guilmin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK