Les musulmans du monde entier célèbrent mardi la Fête du Sacrifice

Les musulmans du monde entier célèbrent demain/mardi - traditionnellement le troisième jour du pèlerinage annuel à la Mecque - la Fête du Sacrifice. Aucun abattoir temporaire ne sera installé sur l'ensemble du territoire de la région bruxelloise à cette occasion. En Flandre, ils seront au nombre de trois.

Cette fête traditionnelle, appelée Aïd al-Adha, est l'une des plus importantes célébrations islamiques et prévoit le sacrifice d'un animal. En Belgique, il s'agit le plus souvent d'un mouton, d'un agneau ou d'une chèvre. S'en suit un repas en famille, entre voisins ou proches. Elle est célébrée dès le 21 août et dure trois jours.

Bientôt l'étourdissement obligatoire

L'interdiction absolue de l'abattage sans étourdissement a été adoptée l'an dernier en Flandre et en Wallonie. Actuellement, en Wallonie, l'abattage rituel sans étourdissement peut être effectué uniquement dans des abattoirs agréés. Les personnes qui souhaitent le faire à domicile doivent obligatoirement effectuer un étourdissement au préalable. Dès le 1er septembre 2019, l'abattage avec étourdissement sera obligatoire dans tous les cas. Quant aux abattoirs temporaires, les demandes en Région wallonne doivent être adressées à l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) et sont acceptées selon des conditions strictes, précise la porte-parole du ministre wallon du Bien-être animal, Marie Minet.

Aucune demande en ce sens n'a été adressée à l'Afsca en Wallonie, précise le porte-parole de l'organisme, Jean-Sébastien Walhin.

En Flandre, trois abattoirs temporaires seront établis. Seuls les animaux ayant été étourdis au préalable pourront y être mis à mort. Ces structures seront installées à Genk, Werchter et Wolvertem.

Nombre de sacrifices en baisse

La Région bruxelloise n'installera pas d'abattoir temporaire mais les communes peuvent toujours prendre une telle initiative. Une telle démarche nécessite par ailleurs une autorisation. Aucune demande d'autorisation dans ce sens n'a toutefois été reçue par la secrétaire d'Etat en charge du Bien-Etre animal, Bianca Debaets, et le délai pour les déposer est dépassé.

Le nombre d'animaux sacrifiés lors de cette célébration religieuse est en baisse chaque année et cette année la tendance devrait se poursuivre. La fête tombe en effet durant les congés estivaux et de nombreuses personnes de confession musulmane la célèbrent en famille à l'étranger.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK