Les musées des Beaux-Arts, laissés pour compte de la rénovation?

Rue de la Régence, le bonheur des uns ne fait pas forcément celui des autres. A l’heure où le Conservatoire royal de Bruxelles entame la première étape de sa rénovation, les Musées royaux des Beaux-Arts attendent depuis deux ans que les choses changent.

La dernière promesse de déblocage par le fédéral date de juillet 2016: à l’époque, la secrétaire d'Etat aux Grandes Villes Elke Sleurs (N-VA) proposait d’investir 145 millions d’euros pour rénover les musées, notamment pour résoudre le problème des infiltrations dans les toits.

Ces promesses, Michel Draguet, le le directeur général des Musées royaux des beaux-arts de Belgique, y est habitué. "Mon expérience c’est qu’au-delà des déclarations des gouvernements, on a rarement vu des architectes entrer dans le musée, entamer un processus de travaux, avoir un master plan", explique-t-il au micro de la RTBF.

Une image assez triste que l’on donne de la Belgique

Les Beaux-Arts ont l’impression d’être laissés pour compte, alors que plusieurs autres musées ont fait l’objet d’une rénovation, comme le musée d’Afrique de Tervueren en mai dernier.

En mai 2016 déjà, les musées royaux des Beaux-Arts tiraient la sonnette d’alarme: des fuites d’eau dans les toits, notamment dans la salle Rubens, les obligeaient à évacuer certaines œuvres, et s’excuser de leur absence à l’aide de petits panneaux explicatifs. Deux ans et demi plus tard, rien n’a malheureusement changé. Des réparations de fortune sont installées par la régie des bâtiments, mais aucune rénovation pérenne n’est prévue.

"C’est une image assez triste que l’on donne de la Belgique, de sa capitale, de ses collections, et finalement du respect que nous avons pour notre propre Histoire", regrette Michel Draguet. Lorsqu’on met bout à bout les décisions fédérales et régionales, pour reprendre un terme de Bruegel, c’est la nef des fous." Pour le directeur des Beaux-Arts, il y a un "sentiment apocalyptique d’institutions qui sont occupées à s’enfoncer dans une sorte de marécage communautaire."

Les musées royaux des Beaux-Arts conservent environ vingt mille œuvres, peintures, sculptures et dessins. Ils accueillent chaque année plus de 600.000 visiteurs, dont 70% d’étrangers.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK