Les mots nous manquent… André Goosse nous a quittés

Le grammairien belge, gendre de Maurice Grevisse s’est éteint ce week-end, il avait 93 ans.

"Avec lui, nous nous trouvons face à un homme rond sous tous les angles – ainsi d’ailleurs qu’en atteste son visage métaphorique -, antithèse de toute forme d’intégrisme, soucieux et même respectueux des nouvelles modes et tendances langagières. Il est resté celui que nous connûmes par ses chroniques, si accueillant et bon enfant à l’égard des dérives et déviances observées dans la façon belge de parler. Toujours prêt à s’excuser d’une remarque pertinente, toujours disposé à pardonner les monstruosités d’une langue de plus en plus hâtive", écrivait Eric de Bellefroid dans la Libre Belgique en 2011.

Connu et reconnu en Belgique et dans le monde francophone

Membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, il en devint le secrétaire perpétuel de 1996 à 2001. Il fut également Président du Conseil international de la langue française à Paris. Il a aussi été membre du Conseil supérieur de la langue française à Paris, du Conseil de la langue française de la Communauté française de Belgique, de la Société de langue et de littérature wallonnes et de la Commission royale de toponymie et de dialectologie.

Né à Liège le 16 avril 1926, André Goosse passe son enfance dans les Ardennes. Il entame dès la fin de la seconde guerre mondiale, des études de philologie romane à l’Université catholique de Louvain. Parmi ses condisciples, il rencontre Marie-Thérèse Grevisse, fille de l’illustre grammairien Maurice Grevisse. Ils se marient en 1949.

À l’université, Goosse poursuit ses recherches sur l’œuvre d’un polygraphe liégeois du XIVe siècle, Jean d’Outremeuse. Ces travaux débouchent sur une thèse défendue en 1959 et publiée en 1965.

Pendant qu’il travaille à sa thèse, Goosse passe deux années au Fonds national de la recherche scientifique, suivies de trois années dans l’enseignement secondaire. En 1956, l’Université catholique de Louvain le rappelle comme chargé de cours. Il est promu professeur ordinaire en 1967.

En 1966, Goosse succède à son beau-père, Maurice Grevisse, dans sa tribune de La Libre Belgique, où il publie régulièrement une chronique de langage.

Goosse sera également appelé à devenir membre de la Commission royale de toponymie et de dialectologie, puis de la Société de langue et de littérature wallonnes et de la Commission royale d’histoire.

L’Académie s’ouvre à lui le 9 octobre 1976.

Maurice Grevisse disparaît le 4 juillet 1980 après avoir confié les rênes du "Bon Usage" à son gendre, André Goosse. "L’ouvrage reconnu dans la francophonie entière était solide et sérieux. En plus de quoi, la personnalité attachante de son auteur lui avait donné une touche particulière de clarté, de mesure et de bonhomie. André Goosse s’est attaché à introduire plus de rigueur dans les définitions, à moderniser les exemples, à tenir compte de la langue parlée et des faits régionaux. Le Précis de grammaire française de Grevisse (1939) et le volume d’exercices ont bénéficié des mêmes soins", précise sa biographie sur le site de l’Académie.

Dans les années nonante, André Goosse s’est investi dans le rude débat portant sur la nouvelle orthographe. "Le Conseil supérieur de la langue française avait préparé un rapport, non pas sur une réforme de l’orthographe, mais sur des aménagements destinés à remédier au désordre et à l’arbitraire. C’était peu de chose, mais il en est résulté une grande agitation des esprits." Dans "La nouvelle orthographe" (1991), André Goosse défend avec flamme la réforme de 1990.

André Goosse sait communiquer le plaisir de la lecture à ses lecteurs. Les quatre cents pages des "Mélanges de grammaire et de lexicologie françaises" (1991), publiées à l’occasion de son accession à l’éméritat, le prouvent une fois de plus.

 

 

 

Archives : Journal télévisé 27/09/2007

En 2007, à l'occasion de la sortie de la 14ème édition du "Bon usage", André Goosse était l'invité du Journal télévisé. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK