Les moines trappistes de l'abbaye de Westmalle invitent à passer le week-end chez eux

On connait surtout les célèbres bières de ces moines, mais ce qui se passe dans l’enceinte de l’abbaye de Westmalle demeure pour beaucoup un mystère. Les trappistes y vivent en effet en retrait, coupés du monde extérieur. Le week-end dernier, une étrange annonce a cependant fait son apparition dans plusieurs quotidiens flamands.

Les 32 moines de l’abbaye de Westmalle tendent désormais la main au monde extérieur, proposant à celui qui se sent interpellé, de venir découvrir à leur côté la vie monastique. Au menu de ce long week-end: prière, méditation et travail manuel. Un programme qui pourrait séduire les moins religieux d’entre nous, que ce soit dans l’idée de brasser sa propre bière, ou de s’accorder un moment de réflexion et de recentrage sur soi, une pratique très appréciée ces temps-ci.

Une invitation réservée à un public restreint

Sans grande surprise, il faut être un homme (tant pis pour les femmes qui se sentent inspirées). Il faut aussi être célibataire, quitte à avoir été marié dans une vie antérieure. Et puis il faut surtout montrer un certain intérêt pour la vie monastique. Aimer la bière ne suffit donc pas. Aimer se lever tôt par contre est un " plus ", la première prière quotidienne ayant lieu… à 4 heures du matin.

L’annonce vous paraît soudainement moins attrayante? Pourtant, elle a connu un succès fulgurant, à tel point que les moines ont dû la retirer des journaux. Les deux week-ends prévus en avril et en juillet ont fait carton plein en un rien de temps. Quarante hommes au total auront l’occasion rare de goûter à la spiritualité cistercienne.

Bonne nouvelle pour le christianisme flamand ?

Il est évidemment difficile de tirer des conclusions hâtives, mais le nombre de réponses reçues par les trappistes peut laisser croire que les Flamands n’ont finalement pas totalement perdu la foi. Il faut savoir qu’au fil des décennies, les églises se sont désespérément vidées au nord du pays. Alors qu’à une époque, tout le monde, ou presque, avait une tante nonne ou un oncle curé, il n’en est plus rien aujourd’hui, les scandales qui ont touché l’institution sacrée n’ayant pas amélioré la situation.

C’est donc dans l’espoir d’un rapprochement avec la société que les moines de Westmalle ont décidé d’ouvrir leurs portes. Mieux encore, ils se sont adaptés aux nouvelles technologies et ont récemment lancé un nouveau site, joliment confectionné. Ils ont aussi une page Facebook, qui compte aujourd’hui près de 700 abonnés.

Le temps nous dira si ces efforts d’ouverture permettront à l’abbaye d’agrandir sa communauté. Les candidats sont toutefois prévenus: il leur faudra suivre plusieurs stages et une formation de 5 ans avant de pouvoir définitivement rejoindre les rangs des trappistes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK