Les médias sociaux au centre de la traite des êtres humains

Les médias sociaux au centre de la traite des êtres humains
Les médias sociaux au centre de la traite des êtres humains - © ISSOUF SANOGO - AFP

Les médias sociaux occupent désormais un rôle central dans la problématique de la traite des êtres humains. Utilisés massivement par les malfaiteurs, ils facilitent le trafic. D'un autre côté, ils offrent aux autorités de nouvelles possibilités pour lutter contre le phénomène, a souligné lundi le centre fédéral Migration (Myria), lors de la présentation de son rapport annuel. Celui-ci plaide pour que l'inspection sociale soit mieux formée en la matière afin de lutter contre l'exploitation économique.

Les trafiquants d'êtres humains recourent à internet pour recruter des victimes, faire la promotion de leurs activités criminelles, les gérer, ou encore communiquer entre eux de manière sécurisée, ressort-il du rapport.

Pour recruter, les malfaiteurs créent notamment de faux profils Facebook avec lesquels ils diffusent de fausses offres d'emploi. En 2016, l'office européen Europol a ainsi tracé 17.000 passeurs qui utilisaient ce réseau social pour leurs activités de trafic vers l'Union européenne, souligne Myria.

Les trafiquants ont mis en place de véritables publicités sur Facebook. Des routes migratoires clandestines, des faux documents ou encore de faux mariages peuvent ainsi être commandés en quelques clics. Les annonces sont même parfois accompagnées des taux de réussite du service proposé et de photos de promotion. Sur Instagram, des passeurs n'hésitent pas à se présenter comme de réelles agences de voyage.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK