Les médecins généralistes vont travailler la peur au ventre, selon l'Absym

Les médecins généralistes vont travailler la peur au ventre, selon l'Absym
Les médecins généralistes vont travailler la peur au ventre, selon l'Absym - © Tous droits réservés

L'Absym, l'association belge des syndicats médicaux, tire le signal d'alarme. Un médecin généraliste a été tué mardi après-midi à Ingelmunster (Flandre occidentale).

L'auteur présumé des faits a été interpellé, selon la porte-parole de la section de Courtrai du parquet de Flandre occidentale. Il était connu de la justice pour faits liés à la drogue et détention d'argent douteux. Il doit comparaître mercredi devant un juge d'instruction.

La victime, un médecin âgé de 64 ans, a été poignardée par son patient qu'il visitait à domicile. Sans aller jusqu'à ce cas extrême, les agressions contre des médecins, qu'elles soient verbales ou physiques, seraient de plus en plus fréquentes, explique Jacques De Toeuf, président de l'Absym qui cite des cas de violences dans les cabinets médicaux ou lors des visites à domicile.

L'Absym réclame une série de mesures pour assurer la sécurité des médecins : un accompagnateur pour les visites à domicile chez de nouveaux patients, la fin de l'obligation des visites à domicile ou un système généralisé d'appel d'urgence dans les cabinets médicaux.

L'Absym regrette que ces avancées aient été bloquées par la ministre de la Santé Maggie De Block (Open VLD).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK