Les jeux vidéo ne badinent pas avec la religion

RTBF
RTBF - © RTBF

Les jeux vidéo peuvent à l'occasion être ultra-violents ou franchement amoraux, mais il est au moins un domaine dans lequel leurs éditeurs évitent scrupuleusement toute polémique: la religion.

Le report de Little Big Planet, l'une des productions majeures prévues par Sony sur sa Playstation 3 pour la fin de l'année, en raison d'une controverse religieuse liée à l'une de ses musiques, témoigne de cette prudence.

Initialement prévue pour la fin du mois d'octobre, la sortie du logiciel de Sony a été repoussée de quelques jours dans le monde entier après la découverte de deux expressions tirées du Coran dans une de ses musiques de fond, l'éditeur évoquant le risque que cela offense les musulmans.

"La décision de retirer ce passage de la bande-son a été prise en concertation par Sony et Media Molecule, les développeurs du jeu. Elle montre que nous prenons conscience des remarques qui nous sont faites. Nous tenons à nous montrer responsables, nous ne voulons pas de polémique autour du jeu", précise la chargée de communication chez Sony.

Sony avait envisagé de mettre un correctif du jeu en téléchargement, avant de choisir de rappeler les exemplaires de Little Big Planet déjà envoyés aux distributeurs.

Si ce genre de controverse n'est pas nouveau, Microsoft ayant annulé pour des raisons similaires la sortie européenne du jeu de combat Kakuto Chojin sur sa première Xbox en 2003 après l'avoir retiré des rayons au Japon et aux Etats-Unis, il s'est multiplié récemment avec, outre Little Big Planet, deux autres cas au cours des derniers mois.

L'éditeur japonais Capcom avait ainsi modifié la bande-son de son jeu d'aventure Zack & Wiki: Le Trésor de Barbaros, avant sa sortie en début d'année 2008 sur la Wii de Nintendo, car le Conseil des relations américano-islamiques, un groupe militant pour les droits civils des musulmans aux Etats-Unis, lui avait demandé de retirer d'une des musiques du logiciel un sample de l'expression "Allahu Akbhar", prononcée par les musulmans lors de leurs prières notamment.

En 2007, l'Eglise anglicane avait, elle, protesté contre la représentation de la cathédrale de Manchester dans le jeu de tir Resistance: Fall of Man sur Playstation 3, dans lequel le joueur devait combattre une invasion extra-terrestre. L'affaire, qui avait même fait réagir le Premier ministre britannique de l'époque Tony Blair, s'était terminée après que Sony, éditeur du produit, eut présenté ses excuses, sans que le logiciel soit modifié.

Selon le responsable de la section des loisirs numériques à l'Institut de l'audiovisuel et des télécommunications en Europe, Laurent Michaud, l'augmentation des controverses religieuses dans le jeu vidéo tient avant tout à la démocratisation de ce media.

"Si le jeu vidéo était encore confidentiel, on ne relèverait pas ce genre de phénomènes mais il occupe une place de plus en plus grande dans la société. Il est devenu une industrie culturelle, au même titre que le cinéma ou la musique", commente M. Michaud.

"Ce qui choquait autrefois dans un film choque aujourd'hui dans un jeu. C'est le signe que tout le monde devient attentif à ce qui se passe dans ce secteur", souligne-t-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK