Les jeunes travailleurs, femmes et hommes, vulnérables face au harcèlement au travail

Neuf pour cent des femmes, et quatre pour cent des hommes, ont été victimes de harcèlement sexuel sur leur lieu de travail, selon une enquête réalisée par l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes.

Celle-ci a montré que les jeunes travailleurs sont particulièrement vulnérables à ce phénomène, dix pour cent des hommes de moins de 25 ans affirmant avoir été la cible de harcèlement sexuel, contre 7% pour les femmes de moins de 25 ans.

Comment mettre des limites ?

Menée en avril 2020, l’enquête #Youtoo ? a interrogé quelque 4500 Belges au total.

Si les sondés affirment majoritairement trouver ces pratiques inacceptables, surtout si elles sont l’œuvre d’un supérieur hiérarchique, ceux-ci ne savent pas toujours comment y réagir de la manière la plus adaptée, révèle l’enquête.

"Nous constatons qu’il existe une grande incertitude quant à ce qui est (in) approprié dans un contexte professionnel, avec pour conséquence qu’il est difficile pour les victimes de harcèlement sexuel d’indiquer leurs limites", note Michel Pasteel, directeur de l’Institut pour l’égalité.


►►► À lire Seuls 6 pays ont ratifié le traité sur le harcèlement au travail de l'OIT


"Il est nécessaire de disposer d’un code de conduite commun, auquel les personnes peuvent confronter leur propre comportement ou celui d’un ou d'une collègue. Cela donne également aux personnes de confiance et aux conseillers en prévention un élément sur lequel ils peuvent s’appuyer pour réagir aux signalements de harcèlement sexuel", ajoute-t-il.

Les résultats complets de l’enquête sont à lire sur le site : https://igvm-iefh.belgium.be/fr

 

Brussels Airlines: harcèlement au travail (JT 17/09/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK