Les secouristes peuvent aider à réduire les arrêts du coeur par une injection

Les secouristes peuvent aider à réduire les arrêts du coeur par une injection
Les secouristes peuvent aider à réduire les arrêts du coeur par une injection - © Cliff Hide (zumapress)

Les secouristes peuvent nettement réduire le nombre d'arrêts cardiaques et de décès de patients avant leur arrivée à l'hôpital grâce à l'injection d'un cocktail de glucose, insuline et potassium (GIP), selon une étude présentée mardi aux Etats-Unis.

"Faire une telle injection immédiatement au domicile (de la personne) ou dans l'ambulance en route vers l'hôpital, et avant même que le diagnostic soit complètement établi, aide à réduire l'ampleur des attaques cardiaques et diminue de moitié le risque d'un arrêt du coeur ou de décès", par rapport aux patients traités avec un placebo, a expliqué le Dr Harry Selker, directeur de l'Institut de recherche clinique au Centre médical Tufts à Boston, co-auteur de cette recherche. Il l'a présentée mardi lors de la 61e conférence annuelle de l'American College of Cardiology réunie à Chicago. "Les syndromes coronariens aigus représentent la première cause de décès aux Etats-Unis et ce cocktail est un traitement très bon marché --50 dollars-- qui semble prometteur pour réduire ce taux de mortalité". "Dans la mesure où cet essai clinique est le premier à démontrer que ce cocktail GIP est efficace quand il est utilisé par des ambulanciers au quotidien, ces résultats pourraient avoir des implications importantes pour le traitement des attaques cardiaques", a souligné le Dr Selker.

Cette étude, appelée "IMMEDIATE", est la première à tester l'efficacité d'une injection du mélange GIP dès les premiers signes d'un infarctus, sans attendre plusieurs heures que le diagnostic soit bien établi à l'hôpital, comme cela avait été fait dans les études précédentes.
Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK