Les grands espaces inhabités se font de plus en plus rares en Flandre

L'Yser à Nieuwport, en Flandre-Occidentale
L'Yser à Nieuwport, en Flandre-Occidentale - © BELGAIMAGE

Ce n'est pas la mer qui grignote du terrain mais bien les maisons. Le Flamand a une brique dans le ventre, et construit tant que les terrains non bâtis diminuent de jour en jour... C'est l'équivalent de six terrains de football qui est construit chaque jour au nord du pays.

En Flandre, les lotissements vont bon train, avalant au passage des terrains vierges. Six hectares de terrains non bâtis disparaissent chaque jour en Flandre, révèlent lundi De Standaard, Het Nieuwsblad et Le Soir sur base des chiffres du dernier rapport commandé par le département du ministre flamand de l'Aménagement du territoire.

En 1985, 11,6% du territoire flamand - soit 157 000 hectares - était bâti. L'an dernier, on frisait les 19%, selon le même rapport.

Ce n'est pas un boom démographique qui explique ces constructions toujours plus nombreuses. Il y a d’ailleurs de moins en moins d'habitants par hectare bâti... Ce qui est en cause, c'est l’idéal de la maison quatre façades avec jardin.

Résultat: l'habitat est de plus en plus dispersé en Flandre, ce qui rend la mobilité et l'accès aux services plus difficile et plus coûteux.

Autre conséquence de taille: les grands espaces inhabités encore fréquents il y a 25 ans se font de plus en plus rares, véritable problème pour l'agriculture ou pour le développement de projets collectifs ou pour le préservation de la nature.

Plusieurs expert demandent au gouvernement flamand d'enrayer ces lotissements: "Si nous continuons comme cela, nous abîmons la Flandre", préviennent-ils.

Un difficile arbitrage entre les désirs individuels des citoyens et l’intérêt général de la Flandre se profile. 

Anina Meuus avec G.R.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK