Les futurs pilotes de chasse belges iront se former aux Etats-Unis

Les futurs pilotes de chasse belges iront se former aux Etats-Unis
Les futurs pilotes de chasse belges iront se former aux Etats-Unis - © NICOLAS TUCAT - AFP

Après 14 années de coopération avec nos voisins français, les pilotes de combat belge ne se formeront plus sur la base aérienne de Cazaux en Gironde. Depuis 2004, les Belges y suivent une formation dans l’école franco-belge l'"Advanced Jet Training School", un échange de bons procédés établi dans le temps. Cet accord prendra fin en 2018 car les Alpha-Jet, sur lesquels s’effectue la formation, arrivent en fin de vie et ne seront pas remplacés. En tout, 150 pilotes belges ont été brevetés à Cazaux. "C’était une belle coopération, une belle synergie. Peut–être même un embryon de coopération européenne qui n’a pas pu se concrétiser avec d'autres pays. C’était en cas, une belle expérience", explique le colonel Lefevre, le dirigeant français de la base aérienne.

Direction le Texas

Afin d’assurer le bon déroulement des formations, la Défense devait trouver une solution dans l’attente des nouveaux avions de chasse qui succéderont aux F-16. Le choix s’est donc porté vers l’Euro-NATO Join Jet Training, l’école de formation de l’Alliance. Un centre installé au Texas. "Il s’agit d'une formation standardisée en 55 semaines. Il s’agit vraiment d’une formation temporaire en attendant le choix du gouvernement fédéral sur le remplaçant du F-16", précise Olivier Séverin, porte-parole de la Défense.

Un signe sur le remplaçant du F-16 ?

Partir se former au Texas, est-ce là un indice sur l’éventuel choix du futur avion de chasse ? Le F-18 de Boeing et le F-35 de Lockheed Martin, les deux constructeurs américains y verraient-ils un signe particulier de la Défense belge ? Rien de cela, nous assure-t-on du côté de la Défense. "Aucun signe à y voir. C’est du temporaire. Nous irons ensuite là où le choix du gouvernement fédéral se portera", ajoute le porte-parole de la Défense.

Pour rappel, le gouvernement fédéral n’a toujours pas dévoilé son appel d’offre. Sans cesse reporté, le calendrier pour remplacer les F-16 devient de plus en plus serré.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK