Les francophones connaissent mal la Déclaration universelle des Droits de l'Homme

Amnesty International a sondé en juin dernier 1005 personnes de 18 à 75 ans en Belgique francophone pour connaître leur perceptions et comportements par rapport à la Déclaration universelle des Droits de l'Homme. Le sondage réalisé par l'institut Dedicated avec une marge d'erreur de 3,1% montre que de manière générale, nous connaissons peu ce texte fondamental.

Dégradation des droits humains

Un premier chiffre est pourtant relativement positif : 3/4 des sondés se disent sensibles au respect des droits humains. Pourtant 41% estiment qu'ils se sont dégradés de part le monde, particulièrement en Afrique. Chez nous, le ressenti n'est pas forcément meilleur. Seuls 30% des sondés ont l'impression que les droits humains se sont améliorés en Europe de l'Ouest.

La pauvreté : première préoccupation

Les principales préoccupations des Belges francophones en matière de droits humains restent la pauvreté, l'accès de tous à la Justice et la qualité des soins de santé. Plus d'un sondé sur deux estime également qu'un salaire ou une pension ne garantit pas forcément une qualité de vie décente.

Méconnaissance du texte

"Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits", c'est le célèbre premier article de ce texte fondamental de 1948. Pourtant, 55% des sondés ne connaissent pas son contenu. Pire, 37% des 18-34 ans n'en ont jamais entendu parler. Le 10 décembre prochain à l'occasion des 70 ans de la Déclaration, Amnesty Belgique francophone distribuera 2 millions de versions simplifiées aux ménages de la Fédération Wallonie-Bruxelles. De quoi peut-être remédier à cette méconnaissance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK