Les femmes ont toujours plus de mal à concilier boulot et vie de famille

Alors que les taux d’emploi des femmes et des hommes tendent à se rejoindre ces dernières années, l’évolution du partage des tâches à la maison est beaucoup plus lente, pointe jeudi l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes (IEFH), sur base de statistiques récentes.

Les hommes sont presque aussi nombreux que les femmes à déclarer éprouver des difficultés pour concilier vie professionnelle et vie familiale, mais ils sont beaucoup moins susceptibles d’adapter leur organisation de travail pour permettre cette conciliation, relève l’institut. "Près de la moitié des travailleuses ayant de jeunes enfants (46%) adaptent leur organisation de travail, contre seulement 22% des hommes dans la même situation. Il s’agit le plus souvent de prester moins d’heures de travail : 24% des jeunes mères prennent cette décision contre 6% des jeunes pères."

Toujours plus de temps partiels chez les mamans

Outre le sexe, le statut professionnel et le niveau d’instruction influent également. Les jeunes pères de famille qui exercent une activité indépendante adaptent ainsi leur travail deux fois plus souvent (28%) que les ouvriers (14%). Le constat est similaire pour les pères dont le niveau d’instruction est élevé. Les différences sont par contre moins prononcées côté féminin mais cette tendance est également constatée.


►►► Lire aussi : Egalité entre femmes et hommes : la Belgique recule dans le classement européen


A l’échelle européenne, la Belgique se situe dans la moyenne au niveau des tâches domestiques : 81% des femmes belges en effectuent quotidiennement, contre 33% des hommes. "Partout, les femmes s’occupent du ménage. Ce qui n’est pas le cas des hommes. En Finlande, Lettonie, Suède et au Danemark, plus de la moitié des hommes effectuent des tâches domestiques au quotidien. La Croatie, la Bulgarie et la Hongrie clôturent le classement : moins de 15% des hommes y prennent en charge le ménage", note l’IEFH.

Une meilleure répartition des tâches de soins serait bénéfique pour tout le monde

La différence en matière de travail à temps partiel crée aussi des écarts au niveau des tâches de soins, puisque 45% des femmes travaillent à temps partiel, contre 12% des hommes. "Le travail à temps partiel est l’un des principaux obstacles à l’égalité de genre sur le marché du travail et l’une des principales causes de l’écart salarial."

"Une meilleure répartition des tâches de soins serait bénéfique pour tout le monde : les mères auraient davantage d’opportunités sur le marché du travail ainsi qu’un meilleur revenu, les pères auraient plus de temps pour être à la maison, et cela tout en allégeant la pression ressentie par les familles", estime encore l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, qui se réjouit cependant de la promesse du nouveau gouvernement de porter à 20 jours le congé de naissance pour les pères et les coparents.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK