Les étudiants en blocus prennent des produits dopants

La Rilatine est notamment utilisée comme dopant par les étudiants en blocus
La Rilatine est notamment utilisée comme dopant par les étudiants en blocus - © RTBF

Le dopage n'est plus réservé aux sportifs de haut niveau. Les étudiants aussi veulent améliorer leurs performances, surtout en cette période d'examens. Les compléments alimentaires ne leur suffisent plus, ils passent aux médicaments; des produits sur ordonnance, mais que l'on peut facilement se procurer sur les campus.

Méthylphénidate, un nom un peu barbare qui désigne des médicaments psychostimulants, ceux que les étudiants consomment. Le plus connu est la Rilatine, normalement prescrit aux enfants souffrant de problèmes sévères de l'attention, d'hyperactivité. Un produit qui permet de gérer la concentration, la mémoire; exactement ce qui est recherché en période d'étude intensive.

Sur le site de l'UCL à Louvain-la-Neuve, la plupart des étudiants en ont déjà entendu parlé et pas mal d'entre-eux ont testé ce "dopage de neurones". Pas forcément convaincu par l'action de cette Rilatine, l'essai ne s'est pas répété chez certains élèves. Mais d'autres en sont vite devenus accros, comme Louis de Brouwer. "J'ai perdu pas mal de poids. Je ne mangeais plus le matin, pas le midi. Mon premier repas, je le prenais vers 16h, un goûter conséquent. Je n'avais pas tellement d'effets secondaires, mais le comportement change; la manière d'être en cours aussi, j'étais plus attentif."

C'est comme une drogue

Quand on teste cette "kiddy coke" comme on la surnomme, cette "drogue pour enfant", ce n'est pas simple d'arrêter. Au Royaume-Uni, la Rilatine est classée dans la catégorie des stupéfiants. Difficile de comprendre comment certains étudiants peuvent plonger, d'autant que "les effets bénéfiques ne sont pas prouvés", nous explique le Docteur Coralie Bonnier, "aucune étude scientifique ne prouve que ces médicaments augmentent les performances au niveau des études. Ce qui est juste démontré ce sont les effets secondaires."

Les effets à long terme peuvent en effet être dévastateurs: tachycardie, augmentation de la tension artérielle, dépression et surtout addiction. Le cerveau habitué à la Rilatine devient paresseux au point de ne plus pouvoir s'en passer très rapidement.

Il n'y a pas de recette miracle, pour bien étudier il faut mener une vie saine, bien s'alimenter, bien se reposer et pourquoi pas se donner un petit coup de fouet, mais naturel; en pharmacie, vitamines et compléments alimentaires sont proposés, de quoi mettre toutes les chances de son côté pour passer le cap de cette période intense.

Anne-Catherine Croufer et Ophélie Fontana

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK