11 septembre 2001: les États-Unis commémorent le traumatisme des attentats

Les Etats-Unis ont commémoré le 15ème anniversaire des attentats du 11 Septembre 2001, traumatisme encore présent dans tous les esprits, avec une minute de silence à Ground Zero à New York. Le président américain Barack Obama s'est quant à lui exprimé depuis le Pentagone, à Washington.

Les candidats à la présidentielle Hillary Clinton et Donald Trump assistaient à la cérémonie à New York, avec des policiers et des familles et proches des victimes. La minute de silence a débuté à 08h46 (14h46 HB), heure à laquelle le premier avion détourné frappait la tour nord du World Trade Center. Les noms de 2977 victimes ont ensuite été prononcés. Le président et son épouse ont observé la minute de silence à la Maison Blanche.

Près de 3000 personnes sont mortes dans les attaques perpétrées par 19 extrémistes d'Al-Qaïda au moyen d'avions de ligne détournés et précipités sur les tours du World Trade Center à New York, sur le Pentagone près de Washington et dans la campagne de Pennsylvanie à Shanksville. Pour la première fois depuis plus de près de deux siècles, les Etats-Unis étaient attaqués sur leur sol métropolitain.

Six fois, le silence se fera ce dimanche, pour rappeler le déroulement des attaques meurtrières: les deux impacts des avions sur les tours jumelles, les effondrements respectifs de celles-ci, et les impacts des avions au Pentagone et en Pennsylvanie.

"Notre diversité n’est pas une faiblesse"

Le président Barack Obama a observé un moment de silence à 08h46 à la Maison Blanche, à huis clos. Avant de se rendre au Pentagone pour une cérémonie du souvenir, en compagnie notamment d'Ashton Carter, le secrétaire à la Défense.

Le président américain Barack Obama a affirmé à cette occasion que la diversité était la "force" de l'Amérique, appelant à ne pas céder aux "terroristes" dont l'objectif est de diviser le pays. "Notre diversité n’est pas une faiblesse, elle est et restera toujours l’une de nos principales forces", a déclaré M. Obama, depuis le Pentagone.

Le président américain s'exprime dans le contexte d'une campagne électorale pour lui succéder particulièrement acrimonieuse et tendue. Samedi, dans son allocution hebdomadaire à la radio, le président américain a rappelé aux Américains que le monde entier regardait la façon dont les Etats-Unis réagissaient au terrorisme. Il a mis en garde contre les réponses simplistes, dans une allusion à Donald Trump.

Troubles mentaux et physiques

Quelque 75 000 personnes souffrent toujours aujourd'hui de troubles mentaux et physiques liés à ces attaques, dont de nombreux urgentistes ayant respiré des particules cancérigènes en tentant de sauver des vies.

Selon une récente enquête du Pew Research Center, la crainte des citoyens américains de voir se reproduire de telles attaques a atteint de nouveaux sommets en 2016. En effet, 40% de la population estiment que la capacité des terroristes de lancer une autre attaque majeure contre les Etats-Unis est encore plus importante qu'au moment des attentats de 2001. Il s'agit de la proportion la plus importante depuis 2002.

A New York, la cérémonie a lieu à Ground Zero, là où s'élevaient les tours jumelles effondrées dans les attentats, et au pied du One World Trade Center, ou "Freedom tower", nouvelle tour, plus haute encore que les anciennes. Plus de 23 millions de personnes ont visité le mémorial depuis son ouverture en septembre 2011, et 4 millions de visiteurs sont entrés dans le musée, ouvert en mai 2014.