Les enfants maîtrisent de moins en moins bien l'écriture manuscrite

C’est une alerte lancée par le Groupement belge des graphothérapeutes : les enfants éprouvent de plus en plus de difficultés d’écriture. Les claviers et les écrans remplacent peu à peu le stylo. Pourtant, selon ces professionnels, "l’écriture manuscrite crée des connexions neuronales impératives pour construire un ensemble de compétences essentielles pour les autres apprentissages, comme notamment la structuration de la pensée, la planification, la mémorisation,…"

"J’ai du mal à former les lettres"

Dans le cabinet de Sylvie Tramasure, graphothérapeute, de plus en plus d’enfants ont besoin d’aide. "La situation s’aggrave… Les enfants arrivent de plus en plus jeunes. On apprend de moins en moins les gestes pour écrire, ça a moins d’importance qu’avant. On consacre de moins en moins de temps à l’écriture. Et à partir du moment où l’écriture n’est pas automatique, elle n’est pas encore un bon outil pour l’enfant", explique-t-elle.

Ce matin, c’est Lorenzo qui apprend à écrire correctement. Il manie une petite balle juste à l’aide de son index. Puis doit saisir des bonbons avec des baguettes, qu’il saisit comme on saisit un stylo. Ensuite, vient l’écriture. Cette série d’exercices est nécessaire pour le garçon. "Je n’écris pas beaucoup… J’ai du mal à former les lettres", explique-t-il. Sa maman est présente : "Ses "o" se transformaient en "e", il faisait les lettres n’importe comment. Ici, ça l’a beaucoup aidé à mieux écrire. Je pense que malheureusement, les enfants ne sont plus habitués à manier les outils pour écrire", confie-t-elle.

Ecrans et papier peuvent coexister

Si les graphothérapeutes sont inquiets, ils ne jettent pas non plus la pierre sur les écrans. La technologie devrait coexister avec l’écriture manuscrite : "Si l’outil informatique développe des connexions neuronales qui lui sont propres, son usage ne peut conduire à l’exclusion de l’écriture manuscrite. Il devrait donc être plutôt question de partenariat entre ces deux moyens de communication dans le développement des apprentissages. Cela constituerait à l’évidence un avantage ne fût-ce que par la multiplication des compétences pouvant être acquises au niveau neurologique grâce à ces deux outils complémentaires", déclare le Groupement belge des graphothérapeutes dans un communiqué.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK