Les éleveurs se disent scandalisés par la fraude découverte chez Veviba à Bastogne

La FWA réclame qu’une "enquête approfondie soit réalisée dans les structures incriminées".
La FWA réclame qu’une "enquête approfondie soit réalisée dans les structures incriminées". - © ERIC LALMAND - BELGA

La Fédération Wallonne de l’Agriculture est "totalement scandalisée à l’annonce de la découverte des fraudes pratiquées dans l’abattoir de Bastogne", a déclaré la FWA suite au retrait des agréments de l'entreprise Veviba de Bastogne. 

Des palettes de viande non-conformes au règles de l'AFSCA, des déchets de viande dans la viande hachée et des dates de congélation de carcasses falsifiées : les éleveurs de la FWA sont outrés par les révélations concernant Veviba.

"Les éleveurs travaillent tous les jours de l’année dans le respect strict des normes sévères qui leur sont imposées tant en termes d’environnement, que de bien-être animal ou de santé publique, explique la fédération dans un communiqué. Ils sont surveillés et contrôlés de près sur l’ensemble de ces éléments pour amener dans les assiettes des produits qui respectent de très hauts standards de qualité et de traçabilité. Une fois de plus, ce travail attentif et respectueux de toutes les normes en vigueur est sali par un maillon de la filière qui n’exerce pas sa mission de façon scrupuleuse".

La réputation de toute la filière bovine entachée 

La FWA continue : "En agissant ainsi, l’abattoir de Bastogne risque d’entacher l’image et la réputation de toute la filière bovine et de provoquer une perte de confiance du consommateur final dans la qualité de nos productions alimentaires. Les éleveurs craignent d’être ceux qui, in fine, paieront une fois de plus le prix de cette fraude, alors qu’ils n’en sont pas responsables".

La FWA réclame qu’une "enquête approfondie soit réalisée dans les structures incriminées". Le ministre wallon Denis Ducarme a déjà annoncé qu'une réunion été prévue avec la grande distribution et que d'autres sites du groupe Verbist, propriétaire de Veviba, qui seront contrôlés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK