Les écrans tactiles des voitures plus dangereux que l'alcool au volant

En voiture, les écrans tactiles sont trois fois plus dangereux que la conduite sous l’influence de l’alcool ou du cannabis. On le savait déjà pour l’utilisation des
smartphones, mais c’est maintenant avéré pour les écrans intégrés. Ce type d' écrans capte l’attention du conducteur, engendre sa distraction et augmente ainsi le risque d’accident. Les experts demandent une directive européenne.

L’info-divertissement au volant

Comme l’explique Vias, l’Institut belge pour la sécurité routière, "les systèmes d’info-divertissement à bord des véhicules font référence aux systèmes embarqués qui fournissent à la fois des divertissements et des informations aux conducteurs et aux passagers. Ces systèmes utilisent généralement des écrans tactiles, des claviers et des interfaces audio/vidéo et permettent aux conducteurs d’effectuer un large éventail de tâches secondaires interactives pendant la conduite". Ecouter la radio ou de la musique, composer des numéros de téléphone, rédiger des sms, le système de navigation, utiliser les commandes vocales pour le véhicule, et même accéder à Internet, tout cela sera dans quelques années la norme dans les voitures.

Un temps de réaction démultiplié

Les écrans tactiles font désormais entièrement partie de la voiture, mais aussi des systèmes tels qu’Apple CarPlay ou Android Auto, qui copient les applications de notre smartphone sur l’écran multimédia de notre voiture. Conséquence : le temps de réponse du conducteur est rallongé.
Des chercheurs du British Institute for Transport Research Laboratory (TRL) ont embarqué des caméras spéciales pour vérifier combien de temps, et à quelle fréquence, les conducteurs étaient inattentifs à la route lors de l’utilisation d’écrans tactiles. Ils ont ensuite calculé dans quelle mesure la distraction de ces écrans a eu un impact sur le temps de réaction des automobilistes.

Habituellement, notre corps met 1 seconde à réagir à la vue d’un obstacle dans le trafic. Conduire après avoir bu trois verres d’alcool ajoute 12% à notre temps de réponse, et 21% après avoir consommé du cannabis. Mais lorsque nous téléphonons au volant ou que nous exploitons un écran pour envoyer un sms, programmer un itinéraire, ou sélectionner une chaîne de radio, par exemple, les pourcentages montent jusqu’à 57% de temps de réaction supplémentaire.

Seule la commande vocale est sûre

Selon une étude menée par Vias, les conducteurs mettent en place des mécanismes de compensation. "Ils n’utilisent pas l’écran tactile en situation complexe ou ils n’utilisent pas les fonctions compliquées. La qualité du système d’info-divertissement est très importante : des systèmes robustes et intuitifs, peu complexes et dont les tâches sont plus courtes, peuvent entraîner moins de distractions pour le conducteur". L’industrie automobile recommande "que les distractions visuelles soient minimales et que le temps nécessaire pour effectuer les tâches soit aussi court que possible".

La distraction engendrée par l’utilisation d’un écran d’info-divertissement ne doit pas être plus importante que celle occasionnée par le changement classique de stations de radio. L’utilisation de systèmes de verrouillage pendant la conduite peut aider à éviter les distractions. L’utilisation est alors limitée aux fonctions telles que l’autoradio et la navigation, et il n’est pas possible de téléphoner, d’envoyer ou de lire des messages. Seul un système à commande vocale est efficace et sûr.

Comment légiférer pour assurer la sécurité ?

Il existe 8 formes de distraction en voiture selon les différentes études, qui vont de l’appel téléphonique à la conversation avec notre passager. "Des règles européennes sont nécessaires" estiment les chercheurs. Le grand défi sera de traduire le concept de distraction dans les textes juridiques européens. Les écrans tactiles intégrés (que ce soit via Apple CarPlay ou Android Auto) sont meilleurs que les smartphones à attacher au tableau de bord, à condition de pouvoir les contrôler qu’avec la voix.

Le Parlement fédéral travaille sur deux projets de loi visant à freiner l’utilisation actuelle du smartphone au volant. Le premier projet de loi étend l’article du Code de la route à tous les appareils électroniques, tels que les tablettes, les ordinateurs portables, les caméras photo et vidéo numériques, les lecteurs électroniques, etc. Si cette proposition était votée, cela signifierait concrètement " que l’utilisation de ces dispositifs n’est autorisée que si elles sont fixées au tableau de bord de votre voiture et font donc partie de votre véhicule ", explique Jeff Van den Bergh, député CD&V. Toutefois, la proposition ne dit rien sur ce que vous pouvez faire avec l’appareil cliqué sur votre tableau de bord.

Du travail en perspective pour le législateur.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK