Les drones bientôt autorisés dans le ciel belge

Les drones bientôt autorisés dans le ciel belge
Les drones bientôt autorisés dans le ciel belge - © Robert MacPherson - BELGAIMAGE

Les drones posent de plus en plus question. Les ventes explosent alors qu'il est interdit d'en faire voler en Belgique, même à très basse altitude. Plusieurs sociétés commerciales pensent que la Belgique est à la traine.

Ces machines volantes, équipées de cameras, télécommandées, il y en a pour tous les budgets. Une soixantaine d'euros pour l'entrée de gamme, plusieurs dizaines de milliers d'euros pour les professionnelles. Les clients se les arrachent. Bertrand Mathot, responsable d'un magasin de modélisme à Huizingen, est à la fois enthousiaste et inquiet : "Les autorités devraient se dépêcher de légiférer, d'encadrer l'utilisation de ces machines, avant qu'une catastrophe arrive. Certains drones peuvent atteindre des hauteurs très importantes, il est tout à fait possible de percuter un avion en plein vol".

Drones interdits en Belgique

Actuellement, la législation belge interdit l'utilisation de drones en Belgique. Pas question de les faire voler, même depuis votre jardin. Pour utiliser un drone, il faut nécessairement se rendre sur le terrain d'un club de modélisme. Mais les contrôles sont très difficiles à mettre en place. Résultat, de nombreux particuliers et certaines entreprises en profitent en toute illégalité.

Bruno, directeur d'une société de production vidéo, ne comprend pas les autorités belges: "Je possède un drone homologué en France qui me permet de travailler en France et de fournir de la vidéo pour de nombreuses entreprises. Par contre, je ne peux rien faire en Belgique. Je peux venir sur un terrain de modélisme mais ce n'est pas ça qui va me faire avancer professionnellement".

Des autorisations après les élections

Les textes sont prêts. Un Arrêté royal prévoit d'accorder des autorisations de survol pour des drones à usage commercial. Vasantha Fagard, porte-parole du SPF Mobilité: "L'utilisation de drones sera autorisée, mais sous certaines conditions. Un numéro d'immatriculation devra être délivré pour chaque engin, il faudra aussi obtenir une homologation, le pilote devra constamment garder un contact visuel avec le drone et il sera interdit de voler au dessus de 80 mètres de haut. Il s'agit avant tout de questions de sécurité".

Question de vie privée

Reste la question de la vie privée car ces caméras volantes peuvent facilement devenir très intrusives. Eva Wiertz, porte-parole de la Commission de la vie privée: "C'est la Loi vie privée qui est d'application. Le meilleur conseil à donner à ceux qui désirent utiliser en drone, c'est d'informer les personnes filmées au moyen, par exemple, d'une information écrite, d'une annonce publique ou d'une information en personne".

Surveillance de zones sinistrées, contrôle de mouvements de foule ou encore expériences scientifiques, les applications peuvent être nombreuses. Les drones devraient pouvoir survoler la Belgique d'ici quelques mois.

V. Boigelot

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK