Les doyens de la 38ième édition des 20 kilomètres de Bruxelles

A respectivement 88 et 89 ans, René Pairon, André Jassogne et Raymond Rasquin sont les doyens des 20 kilomètres de Bruxelles. Ils se connaissent bien. Depuis la création de la course en 1980, ils n’ont manqué aucune édition et n’ont pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin. "Tant qu’on peut le faire, on le fait. C’est divin de franchir la ligne d’arrivée" dit René. "En continuant à faire du sport, on conserve le plus possible nos capacités" ajoute André.

Le jogging est né

Les 3 hommes avait une 50 aine d'années lors de la première édition en 1980. Ils se souviennent parfaitement des débuts de cette course populaire qui a lancé le mouvement du jogging en Belgique. "Ce n’est qu’en 1981 que les gens ont commencé à courir hors stade. Les gens oublient qu’avant les 20 kilomètres de Bruxelles, le jogging n’était pas une pratique courante en Belgique" explique Raymond Rasquin.

Juste pour le plaisir

Les 3 sportifs courent pour le plaisir, ils ne se mettent pas la pression. "Il ne faut pas oublier l’âge que l’on a. Cela ne sert à rien d’être angoissé par le chronomètre" dit Raymond, qui une fois la ligne d’arrivée franchie se montre quand même exigeant " J’ai fait 3h12, ce n’est pas fameux, c’est un peu moins bien que l’année derrière et probablement un peu moins bien encore que l’année prochaine".

Courir le plus longtemps possible 

Lors de cette 38ième édition, André Jassogne a trouvé plus raisonnable de s’arrêter à mi-parcours. Il réalise tout de même une belle performance de 10 kilomètres. René Pairon quant à lui a terminé la course après un peu plus de 4 heures d’efforts. " Je ne suis même pas essoufflé, je pourrais encore continuer" dit-il en souriant. Les 3 hommes rêvent déjà du 40ième anniversaire des 20 kilomètres de Bruxelles. Leur objectif est de continuer à participer à l’événement au minimum pendant 2 ans encore, et plus évidemment si leur santé le permet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK