Les discours de haine, en forte hausse ces cinq dernières années

Tout est dans le message.
Tout est dans le message. - © Tous droits réservés

C'est ce qui ressort du rapport 2015 d'Unia. En 5 ans, entre 2010 et 2015, les plaintes en raison de discriminations ou de délits de haine liés aux convictions religieuses ont explosé : elles ont augmenté de 78%, et cela concerne surtout les musulmans.

Unia est, comme on le sait depuis quelques jours, le nouveau nom du Centre Interfédéral pour l'Égalité des Chances. Les chiffres sont révélés dans Le Soir et De Standaard. L'an dernier, 330 dossiers ont été ouverts, quasiment tous 93% – suite à des plaintes déposées par des personnes de confession musulmane. Elles sont surtout victimes de discours de haine et d'appels au meurtre, notamment sur Internet.

Le musulman plus visé que l’Arabe

Et ce n'est plus autant "l'Arabe" qui est visé par des injures, ce sont désormais "les musulmans" qu'il faut, par exemple "tous liquider", peut-on par exemple lire sur la Toile. Et puis, il y a aussi les délits, comme des agressions, injures, harcèlement et menaces. Une femme voilée, qui se faisait insulter, se fait à présent agresser. Là aussi, les faits se sont aggravés, surtout l'année dernière; 2015 qui a été marquée par les attentats et la crise des réfugiés.

Enfin, autre constat, les musulmans se disent toujours victimes de discriminations à l'embauche, au logement, mais dans une moindre mesure. Mais pas de quoi se réjouir, souligne Unia. Puisque c'est la Police qui se montre maintenant plus discriminante. C'est d'autant plus inquiétant, que les politiques eux-mêmes tiennent parfois des discours sans nuance sur les Marocains ou les Roms. Conclusion du rapport : la société belge tend à se polariser encore davantage.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK