Les détenus des prisons bruxelloises pourront bientôt obtenir un diplôme

Une dizaine de ministres des gouvernements wallons, bruxellois et de la Fédération Wallonie-Bruxelles se sont réunis autour d’une même table ce lundi après-midi afin de faire le point et de coordonner leurs actions en milieu carcéral. L'occasion de décider s'il faut poursuivre certaines politiques ou en développer de nouvelles.

Par exemple, à partir de l’an prochain, les détenus des prisons de Bruxelles auront la possibilité de faire valider officiellement leurs compétences. Le ministre de la formation professionnelle du gouvernement francophone bruxellois s’inspire d’une expérience pilote menée l’an dernier à la prison de Marche-en-Famenne.

"A Bruxelles, il n'y avait pas de validation des compétences, constate Didier Gossuin, le ministre de la formation professionnelle du gouvernement francophone bruxellois. Or j'estime qu'un certain nombre de détenus viennent en prison avec leurs compétences, sans diplôme. C'est l'occasion peut-être de valider leur technique, leur métier, et de leur donner un titre. D'autres acquièrent des compétences, comme à Marche-en-Famenne, et c'est peut-être l'occasion d'apprendre un métier. C'est ce que nous allons mettre en place dans les prisons bruxelloises à partir de 2018: tirer partie des compétences que les détenus avaient avant la prison ou qu'ils acquièrent en prison pour leur donner un titre, une certification, un diplôme pour les aider à ce réinsérer sur le marché du travail lorsqu'ils sortent de prison".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK