Les derniers assouplissements belges menacés ? Le commissaire Corona annonce "une analyse approfondie de la situation" et préconise de nouvelles mesures

Le comité de concertation du 16 juillet, dont on espérait qu’il allait lever les dernières restrictions belges face à l’épidémie de coronavirus, risque-t-il de décevoir tous ceux qui aspiraient à retrouver une totale liberté ?

Les derniers chiffres du Covid en Belgique inquiètent les épidémiologistes alors qu’autour de nous, on assiste à des propagations incontrôlables, aux Pays-Bas et en Angleterre notamment.

 

Le Commissaire Corona Pedro Facon ne fait pas exception. Dans un long fil Twitter publié ce dimanche, il fait le point sur les derniers chiffres et le danger qu’ils représentent par rapport à l’état actuel de la vaccination. Il y annonce qu’il présentera vendredi au Comité de consultation préalable au Comité de Concertation "une analyse approfondie de la situation et conseillera les décideurs politiques sur la stratégie et les options à court terme et pour les mois à venir".

Parmi ces options à court terme: le renforcement de certains dispositifs, comme la quarantaine et le testing au retour des voyages, mais aussi "de nouvelles mesures en matière de ventilation et de qualité de l’air".

"La situation épidémiologique actuelle est caractérisée par l’incertitude. Nous savons que les infections augmentent fortement en raison de la variante delta 50 à 60% plus contagieuse, de l’impact de la suppression progressive des mesures, des comportements de contact et des déplacements. On sait aussi que tous les vaccins protègent très bien contre l’hospitalisation et le décès après vaccination complète (90-95%). C'est une très bonne nouvelle avec une variante delta qui, si vous êtes infecté, vous donne 2 fois plus de chances d’être hospitalisé. La vaccination entraînera une évolution positive forte du ratio infection/hospitalisation".

Moins d’hospitalisations, donc, mais il rappelle que tous ne sont pas encore protégés : "Une partie importante de la population n’est pas encore complètement vaccinée : 40% des personnes atteintes de maladies sous-jacentes ne sont pas encore complètement vaccinées. 600 000 personnes. 20% des plus de 65 ans n’ont pas encore été complètement vaccinés non plus. 440 000 personnes. Ces personnes (encore) non vaccinées de plus de 65 ans et les personnes souffrant d’affections sous-jacentes sont plus vulnérables à l’infection et à l’hospitalisation à mesure que la circulation du virus augmente. C’est précisément pourquoi nous vaccinons également les groupes de population moins vulnérables, tels que les jeunes et les personnes d’âge moyen. De cette façon, nous réduisons les infections, la circulation du virus et créons une immunité collective."

Mais il faut aussi continuer à être prudent, dit-il : "Par exemple le port du masque et la distanciation sociale, il est évident de continuer à souligner leur importance et à adhérer à ces mesures".

Et il évoque même le renforcement de certaines mesures : "Les lignes de défense pour la gestion des risques, dans les domaines de la prévention et de la sensibilisation, des règles de voyage, des tests, de la gestion des épidémies, du suivi des contacts, du suivi de l’isolement et de la quarantaine, etc. doivent être encore maintenues et renforcées sur différents fronts".

Le commissaire Corona préconise également "de nouvelles mesures en matière de ventilation et de qualité de l’air et met sur la table des propositions concrètes à court et à long terme. Avec une stratégie qui comprend un équilibre entre ambition et faisabilité".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK