Les dents de l'aquarium

RTBF
RTBF - © RTBF

Un centre vient d'ouvrir à Huy. Il propose des bains de poissons. Comme nous sommes curieux, nous avons poussé la porte de cet établissement pour en savoir un peu plus.

Après s'être débarassé de toute trace de savon et de parfum, notre cobaye est prêt pour une immersion particulière. Cet homme est atteint de psoriasis. Cette maladie se caractérise par des tâches rouges recouvertes de peaux mortes. Des poissons-docteurs vont s'en charger à leur manière. "Déjà, c'est relaxant et après, je n'ai plus envie de me gratter." témoigne l'homme entouré de poissons. Ces petites bêtes bienfaitrices sont en fait des Gara Rufa, une espèce qui a la particularité de se nourir de peaux mortes. "Comme on peut le voir ici, ils ont directement l'instinct d'aller sur la partie du corps où la peau est la plus sèche et où la peau est morte, comme par exemple le psoriasis." explique Tiffany Wijkmans, hôtesse d'accueil du centre. Les personnes atteintent d'une maladie de la peau ne sont pas les seules visées par cet institut. Quiconque veut se relaxer peut s'y essayer. L'idée d'installer ces tout premiers "bains de poissons" wallons a surgi dans la tête de Joseph Wijkmans. Toutes ses installations sont expérimentales. "Vous avez aussi deux aquariums où vous pouvez tremper les mains, voire les coudes. Vous vous asseyez au milieu. En dix secondes, vous avez des dizaines de poissons qui fondent sur vos mains. Quand vous buvez une limonade gazeuse, vous ressentez le même type de picotements. J'ai appellé ça poliment des petits baisers de poissons." explique Joseph Wijkmans. Ce patron du centre souffre également d'une maladie de la peau. C'est en cherchant un remède qu'il a découvert cette thérapie en Turquie. "Ce n'est pas plus efficace qu'un médicament ou une pommade, mais c'est une autre formule, une autre manière de faire les choses qui est plus écologique et plus agréable." conclut Joseph. Les dermatologues n'adhèrent pas tous à cette solution et ceux qui veulent se relaxer entre amis ne se bousculent pas à la porte de ce nouveau centre. Les poissons de Joseph pourtant ne mordent pas. Ils suscitent en tout cas encore beaucoup d'appréhensions.

(V. Mahy)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK