Les demandes pour des caméras sur le lieu de travail ont décuplé

Les demandes pour caméras de surveillance sur le lieu de travail ont décuplé
Les demandes pour caméras de surveillance sur le lieu de travail ont décuplé - © Mario Tama (AFP)

La Commission de protection de la vie privée a reçu l'an dernier 520 demandes d'employeurs qui voulaient placer des caméras sur le lieu de travail. C'est dix fois plus qu'en 2007. Selon le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI), cela n’est guère étonnant, puisque près de 30 % des vols auxquels sont confrontés les petits commerces proviennent de leur propre personnel.

"Les employeurs voient ces caméras comme un remède miracle", a expliqué Eva Wiertz de la Commission de protection de la vie privée au Het Laatste Nieuws. "Ils les utilisent pour garder un oeil sur le processus de production, mais aussi pour l'effet dissuasif. Certains employeurs contrôlent à nouveau leur personnel. Nous enregistrons beaucoup de plaintes concernant de telles caméras."

Près de 30 % des vols sont commis par le personnel

De son côté la présidente du SNI, Christine Mattheeuws n'est pas du tout étonnée par ces chiffres : "D’une étude de notre organisation, il ressort que les vols exécutés par le personnel du commerce de détail représentent près de 30 % des vols. Sur un total de 23 253 vols à l’étalage en 2011, cela n’est pas peu du tout. Nous constatons également que le vol effectué par le personnel est en hausse d’année en année. La crise pousse vraisemblablement les travailleurs à voler. En outre, la valeur des vols est facilement 10 fois plus élevée que les vols exécutés par la clientèle. Ce qui est logique étant donné que le travailleur peut exécuter les vols pendant une plus longue période et dès lors en augmenter considérablement la valeur."

Dans un communiqué, le SNI précise qu'un vol effectué par la clientèle porte en moyenne sur un montant de 100 euros alors que les vols effectués par les membres du personnel tournent autour des 1300 euros. Les vols dans les magasins représentent 1,5% du chiffre d’affaires des commerces.

Le placement de caméras est strictement réglementé

Une caméra au travail n’est autorisée que pour une de ces quatre raisons : sécurité et santé, protection des biens de l’entreprise, contrôle du processus de production et contrôle du travail des collaborateurs.

L'employeur doit également prévenir ses travailleurs et la caméra ne peut pas être en permanence orientée sur la même personne. En principe, la caméra ne peut que surveiller le processus de production. De nombreuses plaintes concernent le contrôle des travailleurs.


Belga