Les débris du vol MH17 arrivés aux Pays-Bas

Les premiers débris du vol MH17, abattu à la mi-juillet dans l'Est de l'Ukraine, sont arrivés mardi au Pays-Bas et étaient en chemin pour la base militaire où la carcasse sera reconstituée dans le cadre de l'enquête, ont rapporté les médias néerlandais.

Au total, huit camions transportant des débris ont passé la frontière entre les Pays-Bas et l'Allemagne dans la nuit et dans la matinée, selon des images diffusées par la télévision publique néerlandaise NOS. Ils se sont arrêtés à la frontière le temps que l'heure de pointe soit passée et ont pris la direction de la base militaire de Gilze-Rijen (sud des Pays-Bas), où ils sont attendus vers 14h00. Ils sont escortés par la police. C'est à cette base militaire que la reconstitution partielle aura lieu sous la supervision du Bureau d'enquête pour la sécurité (OVV), en charge de l'enquête sur les causes de la catastrophe.

Le vol MH17 de Malaysia Airlines, qui devait assurer la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, s'est écrasé le 17 juillet dans l'Est de l'Ukraine. Ses 298 occupants, dont deux tiers de Néerlandais, avaient péri. L'appareil a probablement été abattu par un missile alors qu'il survolait une région tenue par les séparatistes prorusses. L'Ukraine et les Etats-Unis affirment que l'appareil a été abattu par un missile sol-air fourni aux séparatistes prorusses par Moscou, qui a démenti et pointé du doigt les forces ukrainiennes. L'évacuation des débris a été très longtemps retardée, notamment en raison de l'insécurité dans une région où les violences entre troupes loyalistes et séparatistes sont fréquentes malgré une trêve signée par les deux camps le 5 septembre, mais très mal respectée.

Ce premier convoi routier exceptionnel transportant les débris avait quitté l'Ukraine la semaine dernière. Les débris seront photographiés, scannés et numérotés avant d'être assemblés pour une reconstitution partielle de l'appareil dans un hangar voisin. Les restes humains de 292 des 298 victimes ont jusqu'à présent été identifiés.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK