Les coulées de lave sur Mars sont-elles de la boue propice à une vie souterraine ?

cratère  sur mars paysage à réinterpréter?
cratère sur mars paysage à réinterpréter? - © NASA

De l’histoire de Mars, notre planète voisine, nous savons déjà qu’elle a plus que probablement connu une activité volcanique dans le passé, un phénomène géologique qui a sans doute entraîné l’éruption de boue depuis le sous-sol. Mais comment se comporte ce mélange de roches et d’eau, une fois à l’air libre, dans des conditions atmosphériques extrêmement différentes de la terre. Une équipe de recherche internationale a simulé une coulée de boue sous ces conditions martiennes. Et les résultats pourraient remettre en question certaines explications sur la planète rouge. La recherche est publiée ce lundi dans la revue scientifique Nature Géoscience.

Faire couler de la boue dans une "chambre martienne"

"Nous sommes partis d’une question basique. Et si nous faisions couler de la boue dans un endroit fermé, un tube par exemple, où l’on peut faire presque le vide, descendre la pression jusqu’à 150 plus faible que sur terre, et les températures jusqu’à des chiffres sous zéro comme à la surface de Mars" : nous explique Susan Conway, une des chercheuses CNRS au laboratoire de Planétologie et de Géodynamique de Nantes, qui a réalisé l’expérience.

Et d’ajouter, "A l’intérieur de cette sorte de chambre martienne, on a placé des capteurs de pression et de température, et puis on a observé comment de la boue s’y écoule. En fait l’eau se met directement en ébullition au contact de l’air et en même temps, elle gèle car la pression est extrêmement basse. Sur terre ces mêmes boues venant du sous-sol sont très chaudes, elles bouillent mais ne gèlent pas en même temps. Ce sont ces deux phénomènes à la fois, qui font que la boue martienne se comporte de manière un peu étrange."

Sur mars la boue s'écoule comme la lave sur terre

Le résultat a surpris les scientifiques, car s’ils supposaient que les phénomènes d’écoulement seraient différents sur Mars et sur la terre, ils ne s’attendaient pas à une telle différence. "On a plutôt trouvé des analogies avec un écoulement de lave terrestre, qui est un fluide volcanique, qui ne se comporte pas du tout comme de la boue sur terre. Cela donne des paysages avec des formes bien distinctes. Comme on a pu en décrire beaucoup sur le sol martien. Aujourd’hui, notre expérience montre que ce que l’on croyait voir à la surface de Mars comme des coulées de lave seraient peut-être finalement des coulées de boue. Et cela change tout."

De la boue à la place de la lave pourrait remettre en question les interprétations des paysages martiens avec à la clé des conditions propices à la vie.

La Boue et la lave n’ont pas la même origine. Quand on sait que la lave est magmatique et chaude et provient de l’activité volcanique au contraire de la boue qui même si elle vient du sous-sol martien, pourrait rassembler des conditions propices à la vie souterraine, qui pourrait survivre sur de longues périodes. Les deux interprétations des paysages martiens sont totalement opposées, selon Susan Conway. Cela ne remet pas en question le volcanisme sur la planète rouge mais qu’il faudrait peut-être réinterpréter toute une série de traces de coulées moins évidentes à la surface. Des dépôts, formant de nombreux plis, qui sont, peut-être, les prochains endroits très intéressants, où rechercher des signes de vie. De la vie qui aurait été piégée dans de ces boues remontant de l’intérieur.