Les contrôles psychologiques obligatoires pour les médecins vont trop loin, selon l'Absym

Pour Marc Moens, "les personnes qui souffrent de problèmes devront affronter un stress supplémentaire".
Pour Marc Moens, "les personnes qui souffrent de problèmes devront affronter un stress supplémentaire". - © FRANCK FIFE - AFP

La mise en place d'un contrôle psychologique annuel et obligatoire pour aider les médecins qui souffrent de burn-out, de problèmes d'alcool ou psychologiques, formulée dans Het Nieuwsblad par l'association de médecins généralistes Domus Medica, ne séduit pas l'Association Belge des Syndicats Médicaux (Absym). "Nous sommes également préoccupés par le bien-être mental de nos collègues mais l'idée d'un contrôle obligatoire annuel va trop loin", a réagi lundi son président Marc Moens.

Marc Moens souligne que des discussions ont déjà été menées à ce sujet, afin que les praticiens en difficulté et désireux d'en parler puissent se rendre chez leurs collègues.

"Des initiatives ont par ailleurs déjà été prises, souvent au niveau local", ajoute le président de l'Absym. "Mais l'idée d'un contrôle obligatoire va trop loin. Les personnes qui souffrent de problèmes devront affronter un stress supplémentaire. Comment sera-t-il possible d'organiser le contrôle d'environ 42 000 médecins en Belgique? "

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK