Les collectifs citoyens sont de plus en plus nombreux à voir le jour

Le nombre de nouveaux collectifs citoyens connaît une croissance exponentielle d'année en année, d'après une étude de la Fondation Roi Baudouin, publiée ce vendredi. Ils restent cependant l'apanage de citoyens hautement qualifiés et politiquement engagés.

Si les données historiques manquent pour les collectifs francophones, 2009 a été une année charnière en Flandre. Depuis lors, "les collectifs créés chaque année sont de plus en plus nombreux", affirme la Fondation Roi Baudouin, qui précise que cet élan bénéficie à tout le territoire.

En 2015 et 2016, près de 250 collectifs citoyens ont vu le jour en Belgique. Actifs pour la plupart dans le domaine de l'environnement et du développement durable, ils remuent aussi les secteurs de l'alimentation, de l'agriculture, de l'énergie, de l'inclusion sociale ou encore de l'économie collaborative.

Ce nouveau souffle citoyen est souvent l'oeuvre de personnes âgées de 30 à 40 ans, dont une vaste majorité (86,3%) possède un diplôme de l'enseignement supérieur.

78% des collectifs ont vu le jour sans la participation des pouvoirs publics

Plus de la moitié (53,7%) des initiateurs de collectifs se disent engagés politiquement. Parmi eux, une part non négligeable (39,7%) combine son engagement avec un emploi à mi-temps et perçoit dès lors un revenu faible (7,4%) à moyen (39%). Les revenus élevés (supérieurs à 3.750 euros nets/mois) sont absents.

Bien souvent, les collectifs ont vu le jour sans la participation des pouvoirs publics (78%) et rassemblent autant de femmes que d'hommes.

Leur poids est cependant relatif. "Si ces nouveaux acteurs de la société civile gagnent peu à peu en légitimité, leur désir d'agir à petite échelle limite leur impact", note la Fondation Roi Baudouin. "Leur contribution reste dès lors modeste au regard de celle des acteurs économiques, publics et associatifs classiques".

Selon la Fondation, "pour tendre vers une société plus inclusive, il convient de réfléchir à la manière d'impliquer aussi des personnes moins favorisées".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK