Les bourgeons de plantes plus susceptibles de geler à cause du réchauffement climatique

Le réchauffement climatique participe également à créer des phénomènes climatiques de plus en plus extrêmes. Ainsi, les gelées peuvent survenir plus tardivement en hiver.
Le réchauffement climatique participe également à créer des phénomènes climatiques de plus en plus extrêmes. Ainsi, les gelées peuvent survenir plus tardivement en hiver. - © ALEX WONG - AFP

Les plantes sont plus susceptibles d'être endommagées par le froid en raison du réchauffement climatique, ressort-il lundi d'une étude menée par une équipe internationale de chercheurs, en collaboration avec l'université d'Anvers, UAntwerpen.

"En raison du réchauffement climatique, les plantes entrent de plus en plus rapidement en floraison", explique le chercheur de l'UAntwerpen, Ivan Janssens. "La température est un facteur décisif pour le bourgeonnement d'une plante. La terre se réchauffe et les plantes se mettent aussi à démarrer leur période de floraison plus rapidement".

Mais cette floraison précoce peut leur être fatale. "La terre se réchauffe, mais cela n'empêche pas les gelées de se produire plus tard en hiver ou au début du printemps".

Notre analyse démontre irréfutablement que le nombre total de jours de gel par année diminue, mais que le nombre de jours de gel au début de la saison de floraison augmente

Le réchauffement climatique participe également à créer des phénomènes climatiques de plus en plus extrêmes. Ainsi, les gelées peuvent survenir plus tardivement en hiver. "Prenez, par exemple, la vague de froid qui s'est abattue sur le pays en cette fin de mois de février. Notre analyse démontre irréfutablement que le nombre total de jours de gel par année diminue, mais que le nombre de jours de gel au début de la saison de floraison augmente, simplement parce que les plantes la commencent beaucoup trop tôt. En conséquence, elles subissent des dégâts du gel", pointe le chercheur.

L'étude porte sur l'ensemble de l'hémisphère nord. Les zones où la température a, en moyenne, le plus augmenté ont également connu la plus forte augmentation de dégâts à cause du gel au début de la saison de floraison. "En raison du réchauffement de la planète, la protection naturelle des plantes contre les dommages causés par le gel est perturbée", souligne le Pr Janssens. Selon ce dernier, l'Europe est la plus touchée par ce phénomène.

L'étude a été publiée dans la revue scientifique "Nature Communications".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK