Les bienfaits de la plongée adaptée pour les personnes en situation de handicap : "C’est devenu vital"

En Belgique, plusieurs clubs de plongée accueillent des personnes porteuses d’un handicap physique, sensoriel et mental. Les moniteurs sont tous formés pour les encadrer avec des conditions de plongée adaptée en fonction du handicap.

Soit par peur ou en raison de contraintes physiques, certaines personnes en situation de handicap ont le sentiment que différentes activités leur sont impossibles à réaliser. C’était le cas d’Anne-Sophie Michaux qui est atteinte depuis la naissance d’une dyschondroplasie spondylo-épiphysaire.


►►► "Nos vies sont faites de comeback. La vie d’après, c’est aller de l’avant !": la campagne 2021 de Cap48 est lancée


Concrètement, il s’agit d’une maladie rare qui a freiné la croissance des os de ses bras et de ses jambes. Jusqu’à l’âge de 21 ans, Anne-Sophie a subi 14 opérations suivies de longues périodes de rééducation.

Conséquences de sa maladie, elle connaît de grandes difficultés pour marcher. C’est pourquoi, elle se déplace majoritairement en chaise roulante. Il y a quelques années, une connaissance lui parle de la plongée sous-marine adaptée.

3 images
Porteuse d’un handicap, Anne-Sophie fait de la plongée adaptée © RTBF

On oublie tout dans l’eau. On n’a pas le poids de la chaise

Anne-Sophie est persuadée qu’avec son handicap, cette activité ne lui est pas destinée. Après avoir vaincu ses peurs et ses doutes, elle participe à une initiation. Depuis, Anne-Sophie Michaux ne rate aucun cours de plongée : "On oublie tout dans l’eau. On n’a pas le poids de la chaise. Je n’ai pas les difficultés liées à mon handicap. En fait, je me sens comme un poisson dans l’eau. Je ressens une sensation de liberté, une sensation de grandeur, une sensation de plaisir. J’en profite à fond ! Pour moi, c’est un boost pour toute la semaine. En fait, je me rends compte que j’en ai besoin. C’est devenu vital !"

 

3 images
Les bienfaits de la plongée adaptée © RTBF

Les multiples bienfaits de la plongée adaptée

Cela fait maintenant plusieurs années qu’Anne-Sophie pratique sa passion qui est encore trop méconnue par la population porteuse d’un handicap. Pourtant, cette activité sous-marine procure des bienfaits tant au niveau mental que physique.

Jennyfer Verhoeven, kinésithérapeute et monitrice de plongée, nous livre les bienfaits de la plongée adaptée et la nette amélioration de la santé d’Anne-Sophie : "Mentalement, le fait d’être dans un groupe et de retrouver une notion d’esprit d’équipe, et donc de cohésion sociale, c’est bénéfique. Puis simplement retrouver une liberté et une autonomie dans l’eau, ça améliore grandement la confiance en soi. D’un point de vue physique, le fait qu’Anne-Sophie est plus libre dans ses mouvements, sa kinésithérapeute a constaté qu’elle gagne en souplesse et en mobilité. Anne-Sophie a aussi quelques difficultés respiratoires. Au niveau pulmonaire, la pression de l’eau a aussi un effet de drainage sur les poumons qui lui permet de mieux ventiler et de se désencombrer."

3 images
Non voyant, Sébastien a surmonté ses craintes pour son plus grand bien © RTBF

J’ai toutes ces tensions que je peux ressentir hors de l’eau qui s’enlèvent

A cause d’une maladie, Sébastien Baloge est non voyant. Lui aussi a hésité à se jeter à l’eau avant de baigner dans cette passion qui lui offre d’autres perspectives en termes de sensations : "Ce qui me faisait peur avec la plongée, c’est la peur du vide et la peur d’être perdu. Je ne pensais pas qu’il existait un système de gestes. Qu’on nous tienne la main et qu’on guide en dessous de l’eau les personnes déficientes visuelles. Quand je plonge, je sens un bien-être total. J’ai l’impression d’être dans un autre monde. J’ai toutes ces tensions que je peux ressentir hors de l’eau qui s’enlèvent. On peut dire que ce sentiment de bien-être m’aide à rebondir. Ça me permet de voir la vie autrement, et de me sentir plus zen."

La plongée adaptée, bien trop méconnue

La Lifras, La Ligue Francophone de Recherche et d’Activités Subaquatiques, compte près de 55 plongeurs adaptés inscrits et plus de 180 encadrants, moniteurs ou moniteurs formateurs. En région francophone, il y a actuellement huit clubs qui accueillent des plongeurs porteurs d’un handicap physique, sensoriel ou mental. Les clubs sont repartis dans toutes les provinces.

La Lifras souhaite attirer plus de personnes en situation de handicap et leur permettre de découvrir le milieu subaquatique en adaptant les protocoles de plongée aux différents handicaps avec des règles adaptées au cas par cas.

Éric Corbier, le président de la commission de plongée adaptée de la Lifras, regrette le manque de publicité et la réticence de certains clubs : "On a plus d’une centaine d’encadrants formés donc on a la capacité d’accueil partout en Wallonie à Bruxelles. Mais la plongée adaptée est encore trop méconnue. Malheureusement, il n’y a pas assez de promotion au niveau de l’ADEPS ou autres. Pourtant, la plongée adaptée a plus de dix ans au niveau de la Lifras. On a plus de personnes qui viennent par hasard à la plongée adaptée. Autre problème, c’est que certains clubs ont une certaine réticence d’ouvrir leurs heures de piscine aux personnes porteuses d’un handicap. Soit parce qu’ils ont peur d’être de l’aventure, soit par peur de devoir adapter du matériel. Pourtant la commission est là pour les aider."

Transportés par des bulles de plaisir, Anne-Sophie et Sébastien plongent chaque semaine dans leur bien-être personnel en profitant de tous les bienfaits que procure la plongée adaptée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK