Les Belges 9e meilleurs anglophones du monde, les femmes plus douées

La Belgique a gagné quatre places en une année, mais, si toutes les régions possèdent de fortes compétences en la matière, les néerlandophones obtiennent de meilleurs scores que les francophones (62,36 de moyenne contre 58,83). Outre les éventuelles différences dans l'enseignement de l'anglais entre le nord et le sud, cet écart peut probablement s'expliquer par la plus grande proximité linguistique entre le néerlandais et l'anglais, deux langues germaniques.

Nos voisins français se classent bien plus mal. Avec un score de 52,69, la France ne se retrouve qu'en 29ème position. Le classement est dominé par le Danemark, les Pays-Bas et la Suède, tandis qu'on retrouve en bas de tableau les pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

La Belgique est également la population européenne qui présente le plus grand écart de compétence entre hommes et femmes. Les dames obtiennent en effet un score nettement plus élevé avec 63,03, contre 57,58 pour ces messieurs.

Indicateur de compétitivité économique

Menée auprès de 750 000 adultes dans 63 pays du monde, cette étude montre aussi que la maîtrise de l'anglais est un indicateur révélateur de la compétitivité économique d'une nation. Selon EF, de fortes corrélations existent entre la facilité à s'exprimer en anglais et les revenus, la qualité de vie, la facilité à entreprendre et le commerce international.

"L'anglais est une plate-forme puissante pour les échanges professionnels, culturels et économiques. L'EF EPI (l'indice de compétence en anglais d'Education First, ndlr) a inspiré des conversations sur l'importance de l'enseignement des langues dans le monde entier et continue de le faire", a déclaré le Dr Christopher McCormick, vice-président des affaires académiques d’EF.

Thomas Mignon

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK