Les Belges gardent des projets de vacances malgré le coronavirus, mais plutôt en France et en voiture

Selon une étude réalisée par Ipsos pour le Groupe Europ Assistance auprès de 11.001 personnes sur trois continents, dont 1.000 en Belgique, 82% des Belges déclarent partir en vacances cette année. Mais il ressort aussi logiquement de cette enquête que l'épidémie de coronavirus influence fortement les comportements des vacanciers, ainsi que leurs intentions de voyage.

La crainte principale des répondants belges est celle d'une résurgence de l'épidémie de Covid-19 lors de leur voyage (pour 34%).

Par ailleurs, 72% des répondants belges avec un projet de voyage déclarent éviter certains pays particulièrement touchés, ainsi que les endroits fort fréquentés, tandis que 62% vont favoriser les endroits d'où ils peuvent facilement revenir. De plus, 54% éviteront les avions et aéroports.

Cet été, la voiture semble d'ailleurs être le moyen de transport dans lequel le voyageur se sent le plus en sécurité (69% en 2020, 55% en 2019).


►►► Lire aussi : Dans les prochains mois, 14% des Belges comptent passer leurs vacances en Belgique

►►► Lire aussi : Coronavirus : un Belge sur trois revoit ses projets de vacances face à la résurgence du coronavirus


Selon l'étude, si 23% des Belges avaient déjà réservé leurs vacances cet été, 14% prévoient de le faire prochainement. En outre, 23% ont l'intention de voyager en Belgique ou de pratiquer le "staycation" (des vacances à partir de chez soi) (contre 18% en été 2019), 64% en Europe (dont une majorité en France) et 8% espèrent pouvoir partir malgré tout hors de l'Europe.

Vacances en bulle familiale

Comparé aux années précédentes, les types de logements favorisés cet été sont eux aussi impactés par la crise. Les hôtels, fort fréquentés d'habitude, ne sont choisis que par 38% des vacanciers Belges cet été, contre 53% en 2019.

Le budget moyen que les ménages belges déclarent prévoir pour leur prochain voyage est également impacté par la crise et passe de 2.242 euros l'année passée à 1.788 euros cette année. Au-delà, néanmoins, de la moyenne européenne (1.604 euros).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK