Les Belges boudent la Saint-Valentin

Un couple de cygnes
Un couple de cygnes - © mozzercork sur Flickr en licence Creative Commons

Selon une étude du CRIOC, moins d’un Belge sur cinq célèbrera la fête des amoureux mardi prochain. La Saint-Valentin est davantage fêtée à Bruxelles et en Wallonie qu’en Flandres. Crise oblige, le budget consacré aux cadeaux et aux sorties diminue : en moyenne 57 euros par personne.

Le désamour grandit entre les Belges et la Saint-Valentin. 30% il y a cinq ans, 21% l’année dernière, 19% cette année : ils sont de moins en moins nombreux à la célébrer. "Dans l’imaginaire collectif, le 14 février est de plus en plus perçu comme un grand barnum commercial", explique Marc Vandercammen du CRIOC.

Wallons et Bruxellois plus enthousiastes que les Flamands

La Saint-Valentin connaît des fortunes diverses selon les régions. Cette année, elle sera fêtée  par 29% des Wallons, 24% des Bruxellois mais seulement 14% des Flamands : "Cela reste une fête latine qui ne correspond pas forcément à une expression plus réservée des sentiments chez les Flamands". Deux autres facteurs de distinction : les revenus et l’âge. Plus on est riche, plus on célèbre le 14 février ; à l’inverse, plus on est âgé, moins on marque le coup.

Une Saint-Valentin sous le signe de la crise

"Le sentiment d’une récupération commerciale de la fête est accentuée par la crise. Quand on constate que le prix de certaines roses peut bondir de 45% le Jour J, on comprend les consommateurs…", remarque Marc Vandercammen.

Il y a cinq ans, la dépense moyenne par personne s’élevait à 100 euros. Cette année, les Belges prévoient de dépenser 57 euros. Mais la moyenne cache de fortes disparités selon le groupe social : les plus modestes dépenseront moitié moins que l’année dernière (25 euros), les plus aisés 15% de plus (83 euros).

Restaurant, fleurs et bijoux: les valeurs sûres

Comme chaque fête, la Saint-Valentin a ses rites. Le premier d’entre eux, c’est le restaurant (51%), viennent ensuite le cadeau (38%) et le bouquet de fleurs (26%). Incontournable dîner aux chandelles ? "La sortie en couple est toujours plébiscitée, mais un tiers des personnes interrogées nous disent qu’elles vont dîner en famille ou entre amis", répond l’expert du CRIOC.

Côté cadeaux, les fleurs et les bijoux sont toujours de la fête, mais Marc Vandercammen relève un nombre croissant d’idées cadeaux beaucoup plus farfelues: "Le string-bonbon, les chocolats en forme de spermatozoïdes, les pâtes en forme de pénis ou encore un grattoir à testicules… "

Erwan Pastol

L'étude complète du CRIOC

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK