Les baignades en mer du Nord sous surveillance pendant trois mois

Du 15 juin au 15 septembre, dans chacune des dix communes du littoral belge, des sauveteurs surveillent les zones de baignade autorisées, soit 34 kilomètres de côte. Une période de trois mois, alors que dans sept stations, l'année dernière encore, elle ne s'étendait que sur juillet et août.

Selon le gouverneur de Flandre Occidentale et les bourgmestres concernés, les touristes comprenaient mal que des sauveteurs étaient en place dès le 15 juin et jusqu'au 15 septembre seulement à Blankenberge, Coxyde et Knokke. "Nous avons harmonisé le calendrier pour le bien et la sécurité de tout le monde", précise Johnny Devey, le président des sauveteurs de la mer du Nord.

La demande des candidats au bain était d'autant plus forte en septembre dernier, au coeur d'un nouvel épisode de chaleur. La température de l'eau était alors plus élevée que jamais!

750 000 bracelets pour les enfants

Au moins un poste de baignade surveillée par commune sera occupé dans ces quinzaines de juin et de septembre. En juillet et en août, quelque quatorze cents sauveteurs vont se relayer sur les 82 postes de l'ensemble du littoral. Un déploiement plus onéreux (quatre millions d'euros environ) qui s'accompagne de quelques mesures de prévention.

Aux quatre films d'animation s'ajoute, pour la quatrième année d'affilée, la distribution aux enfants de 750 000 bracelets nominatifs (avec numéro de téléphone de référence).

"L'année passée, indique Franky De Block, président du Westtoer, 1703 enfants se sont perdus. Dans la plupart des cas, les parents pensent que les suivre du regard suffit. Or, la vigilance diminue avec le temps."

Dans les zones de baignades, les sauveteurs surveillent aussi bien les activités de terre que de mer. "L'an passé, nous avons compté 442 nageurs en difficulté, dont des surfeurs, poursuit Johnny Devey.

La Mer plus dangereuse que la piscine

Le président des sauveteurs en mer rappelle la signification des drapeaux : "Rouge, c'est l'interdiction de nager. Jaune, la mer est un peu dangereuse. On ne peut sortir les petits bateaux, les plus légers. Nous suggérons de demander conseil auprès des sauveteurs. Et vert, aucun danger, la mer est calme."

A notre question de savoir si ça n'est pas suffisamment connu, Johnny Devey répond "qu'il y a toujours des estivants qui ne respectent pas les règles et que ces drapeaux aident à les sensibiliser. Avec ses courants marins, la mer du Nord reste potentiellement dangereuse, en tout cas plus qu'une piscine!"

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir