Les applications antiradars cartonnent en Belgique

Des centaines de milliers de Belges utilisent des applications antiradars.
Des centaines de milliers de Belges utilisent des applications antiradars. - © Pexels

Pour échapper aux contrôles d'alcoolémie et déjouer les radars, de plus en plus de Belges utilisent des applications sur leur smarphone. Qu'elles soient gratuites ou payantes, elles permettent d'éviter le PV. Des outils plutôt efficaces mais qui posent question en matière de sécurité routière.

C'est devenu un réflexe, après avoir mis sa ceinture de sécurité, Stavros installe son smartphone et allume son application. Cet outil, qui lui coute 4 euros par mois, l'avertit des radars mais aussi de tout ce qui se passe sur la route. " L’aspect radar représente 5 à 10% de mon utilisation ", explique Stavros. " Les autres utilisations que je trouve vraiment intéressantes, ce sont les voitures à l’arrêt, les bouchons et les objets encombrants ".

Les avertisseurs de radars sont légaux
Ces applications sont alimentées par des conducteurs qui avertissent les autres usagers de la route. Mais sont-elles légales? " L’annonce de contrôles radars en tant que telle est légale ", précise Michaël Jonniaux, porte-parole de la police fédérale de la route. " Ce qui est illégal, ce sont les détecteurs de radars. Et donc on ne sait rien faire contre ce type d’applications ". Conséquence: la police a dû adapter sa manière de travailler. Avec l’évolution des nouvelles technologies, les policiers se placent à des endroits plus discrets et changent de place plus rapidement qu’avant afin d’augmenter l’efficacité des contrôles.

Des effets négatifs sur la sécurité routière
Si ces applications peuvent avoir des effets positifs sur le comportement des conducteurs, elles posent question en matière de sécurité routière. Pour le porte-parole de l’IBSR, elles ont un rôle préventif car elles incitent les conducteurs à ralentir à l’endroit où il y a un radar. Mais Benoit Godart est plus sceptique pour ce qui concerne l’alcool. " C’est contre-productif pour la sécurité routière. Lorsque vous savez qu’il y a un contrôle alcool, vous n’adaptez pas votre comportement et donc vous buvez, vous prenez le volant et vous évitez l’endroit où il y a le contrôle. "

Qu'elles soient payantes ou gratuites, des centaines de milliers de Belges utilisent désormais ce genre d'applications.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK