Les Anversois se partagent un million d'euros pour des initiatives citoyennes

Lancé il y a cinq ans, le "burgerbegroting" (budget citoyen) est un exemple de démocratie participative unique en son genre. Dans le district d’Anvers qui compte environ 200 000 habitants, les habitants sont invités à se réunir pour décider de l’attribution de 1,1 million d’euros.

"Les citoyens décident de A à Z comment allouer 10 % du budget du district. À aucun moment, nous n’intervenons. Nous rassemblons les personnes dans la vie réelle et non sur Internet. Cela demande beaucoup de travail, mais apporte une grande satisfaction", explique David Michiels, fonctionnaire en charge de l’organisation du Burgerbegroting, à DaarDaar.

Jardins communautaires, parkings vélo, projets interculturels… La liste des projets soutenus dans le cadre du "budget citoyen" des années précédentes est longue.

Comment ça marche ?

Ce budget citoyen se déroule en trois étapes. Lors de la première, les citoyens conviennent des 12 thèmes les plus importants parmi une liste qui en compte 95. Le compromis est le mot clé : toutes les personnes autour de la table doivent se mettre d’accord de manière unanime.

Les participants répartissent ensuite 1,1 million d’euros entre les différents thèmes lors de la deuxième phase, le "forum du district".

Finalement, les citoyens inscrits pourront établir un classement des différents projets par thème lors du "festival du budget citoyen", ce qui mènera à l’attribution des projets financés.

Rapprocher les gens

Chaque année, de plus en plus de projets sont déposés. Entre 2016 et 2017, leur nombre est passé de 200 à 250.

Comme David Michiels l'explique à DaarDaar, il est convaincu de la plus-value de cette initiative : "Rapprocher les gens : c’est la valeur ajoutée de cette initiative. Les citoyens se réunissent et discutent avec des gens avec qui ils ne parlent généralement jamais. Ils se créent des amis, apprennent à connaître d’autres points de vue. Les gens se comprennent mieux. " 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK